L’histoire de Lena

Nadya! Nadya! Nadya! J’en avais tellement marre de voir le monde tourner autour de Nadya à mon école, particulièrement depuis qu’elle a perdu sa virginité la semaine dernière avec Tommy. Tout le monde à mon école, les filles en fait, connait la légende de Tommy, celui qui murmure à l’oreille des vierges. Elles savent que c’est un expert, un homme qui peut à la fois te dépuceler avec respect et la propreté qu’il faut, et aussi te faire gagner un max d’argent en même temps.
D’autres filles ont chanté ses louanges et ses prouesses, mais Nadya est allée trop loin cette fois. Non seulement c’est la seule chose dont elle parle, mais Tommy aurait décidé d’abandonner son job pour elle. D’après elle, elle est la meilleure fille que Tommy n’ait jamais eut, et après un bref accouplement, il lui aurait déclaré son amour éternel. D’après elle, ils se retrouvent la nuit en secret pour parler mariage et bébés. Ces histoires qu’elle raconte sont d’autant plus dégueulasses qu’elles ne sont qu’un tissu de mensonges. Vous ne savez pas la meilleure? Tommy m’a dépucelé il y a 48 heures et il n’a jamais été question de « Nadya, son seul et véritable amour. »... Read more >>>
Je n’étais pas sûre de vouloir perdre ma virginité, encore mois la perde avec un acteur porno bien connu. Finalement, à l’âge de 18 ans, j’ai eu un petit copain. Il avait déjà de l’expérience et j’avais peur que mon inexpérience sexuelle le fasse fuir alors que je l’aimais vraiment beaucoup.
J’ai donc appelé le producteur de defloration.com et il m’a assuré que ma défloration se ferait proprement et que je pourrais arrêter à tout moment pour n’importe quelle raison. J’allais avoir 18 ans trois semaines plus tard et j’ai donc pris rendez-vous. Le temps m’apparu si long jusqu’au jour J. Finalement, le grand jour est arrivé, et j’étais plus qu’excitée à l’idée de perde ma virginité avec le fameux Tommy, l’homme qui murmure à l’oreille des vierges. Le plus drôle, c’est que je savais que Nadya ne racontait que des conneries et que je me ferais dépuceler au beau milieu de leur prétendue histoire d’amour.
Tommy était présent durant tout le tournage. Il flirtait avec moi, m’embrassait, me touchait et me faisait me sentir à l’aise dans mon corps et avec le tournage. Nous étions tous deux au bord de l’extase lorsque le moment vint de me dépuceler et ma chatte dégoulinait déjà alors qu’il n’avait même pas encore embrassé mes seins. Tandis qu’il me doigta plusieurs fois jusqu’à l’orgasme, mon corps tressailli et trembla et je pouvais sentir qu’il y prenait autant de plaisir que moi.
Le jour suivant, je suis retournée à l’école avec l’assurance d’une femme qui savait comment donner du plaisir à un homme. Je n’ai parlé de mon expérience avec Tommy qu’à quelques rares personnes soigneusement choisies. Je n’ai pas oublié de mentionner le plaisir que j’ai pris. En 24 heures, la rumeur s’est répandue sur Tommy et ses dépucelages professionnels, l’accent étant sur le « professionnel ». Nadya avait finalement fini par la fermer!
Une bonne semaine plus tard, on a appris qu’elle était enceinte de trois mois et que son histoire avec Tommy n’était qu’un tissu de mensonges qui ne tenait pas debout. Elle avait tout inventé!
Des bobards stupides sortis tout droit de l’imagination d’une écolière perturbée.
C’était finalement moi, fille timide et réservée, qui a eu le privilège de se faire dépuceler par un professionnel consciencieux. Mon petit copain et moi continuons de vivre une relation formidable et satisfaisante, tant sur le plan spirituel que sexuel. Tout ça, je le dois à Tommy et à defloration.com. Pour voir toutes mes photos et me vidéos, cliquez ici.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Helen Flingston:

Coucou, je m’appelle Helen et j’ai tout juste 18 ans. Ma famille habite dans une ferme à l’extérieur de Budapest et je termine ma dernière année à l’école. J’ai une mère, un père, et un grand frère très protecteur. Oh, et j’ai aussi un petit copain.
Je travaille dur à la ferme pour aider ma mère et mon père, mes journées sont très chargées. Nous avons peu d’argent et nous devons travailler tous ensemble pour avoir une vie convenable. Je me lève très tôt tous les matins. Mon frère et moi faisons ensemble les première tâches des la journée. Ensuite, je vais à l’école et étudie sérieusement, puis, je rentre à la maison aider ma famille avec ce qu’il reste à y faire. J’ai très peu de temps pour m’amuser dans ma vie, je passe le peu de temps libre que j’ai avec ma famille et mon copain.
La semaine dernière, je suis allée au cinéma avec... Read more >>> lui et nous avons vu un film populaire du moment. Alors que nous étions assis dans le noir, il a mis son bras autour de mes épaules et a lentement fait glisser sa main sur mon sein. Au début ça m’a surpris, mais tandis que le film se déroulait, ses caresses se firent de plus en plus intenses et fréquentes et je pouvais sentir chacune d’entre elles jusqu’au plus profond de moi. A la fin du film, il m’a serré fort contre lui et m’a embrassé, j’ai senti alors son pénis en érection. Nous étions tous deux bouche-bée quand il eut finit de m’embrasser. J’ai du le repousser. Je ne pouvais pas continuer ainsi. Je devais rester chaste, puisque j’avais vendu ma virginité à un photographe qui me payait grassement pour prendre des photos de ma chatte vierge. Il me paierait même mieux si j’étais d’accord de perdre mon innocence devant la caméra avec un acteur porno professionnel. J’étais d’accord. J’ai signé le contrat et j’avais vraiment besoin d’argent. Voyez-vous, je rêve de devenir vétérinaire. J’ai passé toute ma vie à m’occuper d’animaux que j’adore à la ferme. J’ai observé notre vétérinaire s’occuper de nos animaux et j’ai beaucoup appris de lui. J’aurai cependant besoin d’argent pour quitter la ferme et aller à l’école. Ainsi, quand j’aurai mon diplôme, je pourrai revenir à la ferme et aider ma famille. Vendre ma virginité m’apparu comme ma seule option. Même ici, à l’extérieur de Budapest, Tommy et defloration.com sont des légendes. J’ai plusieurs amies qui ont perdu leur innocence avec Tommy et elles disent toutes que c’est une expérience formidable et que ça leur a permis d’être de devenir des meilleures partenaires pour leurs petits copains. Je voulais devenir une meilleure partenaire et j’avais aussi besoin d’argent. J’ai donc concocté un plan, contacté les studios de defloration.com et signé un contrat. C’était le début du printemps et il faisait déjà chaud, j’ai mis ma robe d’été rose préférée, ma culotte fuchsia préférée et me suis rendue aux studios.
J’ai rencontré Tommy, le photographe et producteur et ils étaient très gentils. Nous avons fait un petit voyage pour nous rendre sur l’un de leurs lieux de tournages favori et j’ai eu l’occasion de faire connaissance avec Tommy sur la route. Il me touchait toujours très tendrement et me donnait un bisou innocent de temps à autres. C’était vraiment génial d’être de l’objet de l’attention d’un homme. Il était drôle. Il savait me mettre à l’aise avec son sens de l’humour, puisqu’il savait très bien que j’étais super nerveuse. J’ai eu tout le temps de m’habituer à son toucher avant de commencer à filmer.
Nous avons commencé par un baiser, et ce baiser devint de plus en plus passionné alors que le temps passait. Il commença par me caresser tendrement les seins et mes tétons devinrent durs et droits. Il prit tout un sein en entier dans la bouche et le suça, fort! J’ai instinctivement pris sa tête dans mes mains alors qu’il passa d’un sein à l’autre. C’était une drôle de sensation, mon esprit était en guerre avec le reste de mon corps à propos de ce qui m’arrivait, mais la sensation se transforma vite en un plaisir indescriptible et mon esprit ainsi que mon corps avaient besoin de son toucher.
Puis il commença à me doigter là où aucun autre homme ne s’était aventuré. Ça commença par un léger chatouillement, mais plus il insista, plus j’eu la sensation d’une chaleur qui rendait mes jambes faibles comme de la gelée. Il me saisit alors de ses grandes mains et ses caresses devinrent plus intenses et plus rapides. J’eu à peine le temps de me rendre compte de ce qui m’arrivait qu’un orgasme me foudroya et fit tressaillir tout mon corps. Lorsque Tommy recommença à sucer mes tétons, il le fit d’une telle force que mon esprit se mit à naviguer en de contrées inconnues, porté par de régulières vagues de plaisir. Mon Dieu! C’est absolument incroyable! Je me demandais alors si tous les orgasmes étaient les mêmes, ou seulement ceux avec Tommy? Quand je revins à moi, Tommy me souriait et j’aurais pu jurer voir de la fierté dans ses yeux. Pourtant, j’étais là, complètement nue après un orgasme du tonnerre et lui était encore tout habillé.
C’est à ce moment précis qu’il décida de me révéler sa virilité. J’en fus à la fois ébahie et effrayée, je crus alors que ce dépucelage n’allait pas avoir lieu. Mais Tommy était tendre, et alors qu’il me dévoila son fier pénis, il me montra comment donner du plaisir à un homme avec ma bouche. Il devait être très bon professeur car je pouvais le sentir durcir et de plus en plus remplir ma petite bouche. Je devais me concentrer pour ne pas toucher son membre démesuré avec mes dents, mais il était patient et ses gémissements m’encouragèrent davantage.
C’est alors que mes compétences orales fraîchement obtenues lui rendirent difficile de ne pas jouir qu’il décida qu’il était temps de passer à mon dépucelage.
Il continua d’être incroyablement gentil et me prépara, m’amenant une fois de plus au bord de l’orgasme avant de me pénétrer. Au moment de percer mon hymen, j’ai d’abord ressenti de la douleur, mais cette sensation se mua rapidement en plaisir intense. Au long de notre rapport, il m’amena deux fois à l’orgasme avant de jouir lui-même. Je n’avais jamais vu de sperme avant et j’étais curieuse, mais son membre manquait déjà à ma chatte qui se sentit alors emplie de solitude. Nous nous sommes reposés un peu et soudainement, le temps était venu de partir.
Mon expérience avec Tommy était tellement incroyable que j’aimerais la revivre encore et encore, or on n’a qu’une seule première fois, une seule chance de perdre sa virginité et je n’ai pas le moindre doute d’avoir pris la bonne décision.
Bien sûr que j’avais besoin d’argent, mais je voulais aussi que ma première fois soit spéciale, et elle le fut.
Aujourd’hui, je suis apprentie vétérinaire et quand bien même je ne suis avec mon copain de l’époque, ce que j’ai appris avec Tommy a fait de moi une meilleure partenaire sexuelle. Si mon petit copain actuel savait la vérité, il écrirait certainement une lettre de remerciement à Tommy.

Members
Inscrivez-vous maintenant

Jessica Mazury!

Salut, je m’appelle Jessica et je ne suis plus vierge! Je le dis avec fierté parce que j’ai préservé ma virginité pour mon copain et ça a valu le coup.
Premièrement, laissez moi vous parler un peu de moi. J’étais plutôt un garçon manqué, je n’aimais pas trop jouer avec les poupées ou tout ce qui faisait fille. Je m’habillais comme un garçon en jeans et j’adorais jouer dehors à chasser des lézards ou faire du sport. Je n’avais pas beaucoup de copines, mais beaucoup de copains et je m’amusais beaucoup plus avec eux que je n’aurais pu imaginer le faire avec les filles.
L’été de mes 12 ans était affreux. J’ai commencé à avoir mes règles ... Read more >>> et j’en avais super honte. Je ne voulais pas que mes copains découvrent mon secret. Je ne pouvais pas cacher mes lingettes sous mes jeans, du coup, je devais porter des robes quand j’avais mes règles. Les garçons avec qui je jouais commençaient à se moquer de moi et les filles aussi. J’ai grandi d’une quinzaine de centimètres cet été, j’avais constamment mal partout.
J’ai passé tellement de nuits à pleurer, je souffrais à la fois de la douleur et de la tristesse. Je me sentais très seule cet été et lorsque le moment vint de retourner à l’école, mes seins on commencé à grandir alors que toutes les filles n’avaient à cet endroit encore que quelque chose qui s’apparentait à des piqûres d’abeille.
Mes seins étaient déjà gros et lourds, je subissait donc les remarques et les crasses de filles cruelles et les cochonneries de mecs qui ne pensaient déjà qu’à ça.
Ce fut l’année la plus longue et la plus emplie de solitude de ma vie.
Les choses ne se sont pourtant pas améliorées les années suivantes. Mon corps continuait de me trahir alors qu’il se développait plus vite que celui des autres filles. Leurs sournoiseries me faisaient souffrir et les garçons ne me laissaient pas tranquille. Bien sûr, les garçons voulaient toujours sortir avec moi, mais ce n’était pas passer du temps avec moi qui les intéressaient, mais toucher mes seins et que je fasse d’eux des hommes. Vous pouvez donc imaginer ma joie quand à 17 ans, une fille innocente voulait devenir mon amie. Seulement, je me suis vite aperçue qu’elle voulait la même chose que les garçons.
Ma mère n’a rien fait pour m’aider. Elle n’a rien fait ni pour me donner des conseils, ni pour me réconforter. En fait, je crois même qu’elle aussi était jalouse de moi. J’étais tellement contente de finalement avoir 18 ans, que c’était ma dernière année à l’école. J’étais déterminée à quitter le domicile familial, l’école et me chercher une vie à la ville, une vie qui serait moins difficile que celle que je laissais derrière moi.
La première chose que j’ai faite, c’est de me faire percer le nombril. J’avais vu des piercings sur les ventres plats des camarades de classe plus riche que moi et je trouvais ça très classe. Mes parents y étaient bien sûr opposés. Ils croient qu’il ne faut pas marquer les corps, mais mon corps à moi m’avait joué des mauvais tours, du coup je ne voyais aucun mal à essayer de le rendre plus comme ceux des filles populaires.
J’avais économisé de l’argent pendant un an et j’ai trouvé un tatoueur proche de ma ligne de bus. J’ai pris rendez-vous pour le lendemain et je suis partie discrètement par la fenêtre de ma chambre très tôt le matin et pris le bus pour la ville.
Je me suis arrêtée pour prendre un petit déjeuner mais j’étais trop nerveuse, je n’ai pas pu manger beaucoup. Je suis arrivé tôt au magasin et j’ai passé quelques minutes à faire les cent pas, me demandant si c’était toujours une bonne idée.
Bientôt, un jeune homme sorti sa tête de la porte pour me parler et lorsque nos yeux se sont croisés j’ai ressenti des papillons dans mon ventre. Son regard a soutenu le mien. Je ne voyais que ses yeux. Nous n’avons pas prononcé un seul mot, je me suis sentie perdue, je ne savais ni où j’étais, ni ce que je faisait.
Le sort s’estompa lorsqu’un autre client tenta de rentrer là où nos pieds s’étaient figés.
J’ai finalement pu le regarder mieux. Il avait les cheveux clairs en piques, assez de barbe mal rasée pour lui donner un air de mauvais garçon. L’étincelle dans ces yeux, c’était de la pure malice, et ça me donna envie de le connaître davantage.
Il m’invita dans le magasin et me demanda de l’appeler Ace. « Ace ? » demandais-je. « Ouais, juste Ace. » répondit-il d’une voix dont la chaleur chatouilla mes oreilles. J’ai tout de suite su qu’il était bien plus que ça.
Je lui ai dit que je voulais un piercing au nombril et ses sourcils s’élevèrent et ses yeux se mirent à étinceler. Je pouvais ressentir cette étincelle jusqu’au plus profond de moi, à tel point que j’eu de la peine à respirer.
Il m’aida à m’allonger dans la chaise inclinée et s’apprêta à soulever mon t-shirt. Je lui ai attrapé les mains et demanda « qu’est-ce que tu fais ? » « Relax ma belle, il faut seulement que je prépare la zone. » répondit-il.
Mon cœur a battu la chamade quand il m’a appelé « ma belle ». Personne ne m’avait jamais appelé «ma belle ». Ni mes parents, ni un autre garçon, ni personne. Je l’ai donc laissé soulever mon t-shirt et il s’est arrêté peu avant mes seins. Ses mains glissaient sur mon ventre plat, elles étaient chaleureuses et tendres. Une partie de moi désirait profondément qu’il continue et me caresse les seins avec la même délicatesse et la même chaleur. Cette pensée me fit rougir, c’est alors qu’il me fixa droit dans les yeux et j’eu l’impression qu’on pensait exactement à la même chose. J’ai commencé à sentir de l’humidité vers ma chatte vierge et rasée, j’eu alors peur d’avoir mes règles. Je bondis hors de la chaise et me rua vers les toilettes, plantant Ace sur place, perplexe.
Dans les toilettes, je me suis regardée dans le miroir et ce que j’y ai vu m’était inconnue, comme si je ne me reconnaissais pas moi-même. Mon visage était métamorphosé par ce que je pouvais identifier comme du désir, et mes tétons dardaient, tendant ainsi le fin tissu de mon t-shirt. J’ai regardé mon vagin y cherchant du sang, mais je n’y ai vu qu’un liquide transparent. J’ai reniflé mes doigts cherchant l’odeur du sang, mais je n’ai senti que quelque chose de doux et de musqué. J’ai une nouvelle fois regardé dans le miroir, et je n’y ai pas vu une adolescente au corps bien développé, mais une jeune femme, objet de désir d’un bel homme qui l’avait appelé « ma belle ».
Je suis retourné à mon siège, encouragée par ma récente révélation et j’ai soulevé mon t-shirt assez haut pour qu’il puisse deviner le galbe de mes seins, mais pas assez haut pour qu’il croie que ce sera facile. Il a laissé échapper un sifflement, et ainsi s’était trahi. Il était cuit.
Nous avons eu notre premier rendez-vous et premier baiser ce jour-ci, le jour de mon anniversaire, le jour qui a tout changé.
J’étais déterminée à faire d’Ace mon petit copain et à quitter mon domicile familial afin de me construire une vie en ville. Je faisais le mur aussi souvent que possible pour aller voir Ace, nous nous somme rapidement rendus compte que nous étions amoureux. Il m’a demandé d’emménager avec lui, mais sans travail, je n’aurais pas été en mesure de me soutenir financièrement. Ace a offert de le faire, mais nous n’étions pas amants, ça faisait bizarre d’accepter son hospitalité. Il était peut-être plus âgé et avait peut-être plus d’expérience que moi, mais il se comporta en gentleman et ne faisait jamais pression concernant le sexe. Les baisers et le caresses avaient l’air de lui suffire, par contre, nous ressentions tous deux notre relation comme incomplète, voire insatisfaite.
Une semaine plus tard, J’ai vu une annonce dans le journal pour un travail de modèle, j’ai donc appelé et pris rendez-vous. Je me disais que si Ace me trouvait belle, d’autres comme le photographe me trouveraient belle également. Ce dernier et très content de me voir et me demanda de me déshabiller, ce que je fis sans la moindre hésitation, n’ayant jamais été timide ni pudibonde. Il a commencé à prendre des photos de moi et lorsque j’ai écarté les jambes, il s’étrangla! Il ne pouvait pas croire que j’étais vierge! Lorsqu’il s’en assura, il m’offrit une grosse somme d’argent pour poser pour lui. C’était exactement ce qu’il me fallait pour subvenir à me besoins pour pouvoir vivre avec Ace, j’ai donc accepté. Mon shooting a duré plusieurs heures et je surprenais souvent le photographe en train de rougir alors que je m’apercevais de son évidente excitation. A la fin, il me paya et me dit que j’étais d’accord de perdre ma virginité devant la caméra avec l’un de ses acteurs porno, il me donnerait encore plus d’argent.
J’y ai pensé pendant plusieurs jours, j’étais déchirée entre l’envie d’être indépendant financièrement d’Ace et entre l’amour que je ressentais pour lui. Je voulais que ma première fois soit spéciale et Ace avait l’expérience, je voulais vraiment que ce soit lui qui me dépucèle. Mais j’avais besoin d’argent, aussi j’ai concocté un plan. J’ai appelé le photographe et lui ai demandé combien il me paierait si ma perte de virginité se déroulait avec mon copain au lieu d’un acteur porno. Il était naturellement d’accord me payer la même somme et me dit qu’il paierait Ace comme il paie ses acteurs. Lorsqu’Ace est rentré ce soir-là, j’étais excitée de lui dire ce que j’avais fait et lui demanda de prendre mon innocence devant la caméra. Il fut immédiatement d’accord et nous nous rendîmes sur le lieu du tournage plus tard cette semaine, prêts à l’action.
Le photographe nous donna quelques directives ainsi qu’un petit scénario à respecter, mais il nous dit également que nous étions libres d’agir comme bon nous semblerait.
Nous avons commencé dans la piscine intérieure. C’est la première fois que je voyais Ace entièrement nu. Sa bite était belle, dure et lézardée de ses veines qui se présentaient à moi telle une carte routière pour le plaisir. Elle était pointée vers moi, comme si elle cherchait ma chatte vierge qui l’accueillerait comme chez elle. Puis sur sa hanche, le tatouage qui me fit tomber amoureuse de lui une nouvelle fois. C’était à la fois mignon et cool! C’était mon Ace à moi, rien qu’à moi!
Nous avons batifolé dans l’eau un certain temps, le temps de faire connaissance avec nos deux corps nus. Puis, il me saisit et me serra contre lui et je pouvais sentir sa bite collée contre ma porte d’entrée. J’ai eu peur et je l’ai repoussé. Il m’emboîta le pas et me serra à nouveau contre lui. Je pouvais sentir son membre collé contre mes fesses, mais ses baisers et sa voix calme m’assurait la prudence, me mettant ainsi à l’aise.
A l’extérieur de la piscine, il me lécha ma chatte innocente jusqu’à ce que je sente le liquide dégouliner le long de mes cuisses au côté de l’eau qui commença à sécher. Mon corps se réchauffa très rapidement. Il était temps de montrer mon innocence et tandis qu’Ace tenait mes lèvres écartées, le photographe filma la preuve de ma virginité. Je pouvais sentir mes lèvres s’humidifier.
Une fois de plus, je surpris le photographe rougir ainsi que la preuve mécanique de son excitation. Que je puisse provoquer ça chez un homme m’emplit de fierté. Je ne me sentais plus rejetée ni difforme, mais aimée par Ace et convoitée par le photographe. Ace me leva et me retourna contre le mur, ainsi il put me prendre par derrière sans stress ni positionnement maladroit. Il plaça son gland à l’entrée de mon vagin et donna un léger coup de rein qui fit mal. Je pouvais sentir son cœur battre dans son gland tandis qu’il le frotta à l’orée de ma fente jusqu’à mon trou noir. J’eu peur qu’il prenne la virginité de mon cul, je me suis crispée un peu, ce qu’il a senti. C’était comme si il pouvait lire dans mes pensées, il me chuchota à l’oreille des choses rassurantes.
Distraite par ses mots et la douceur des ses baisers dans ma nuque et mes épaules, je ne l’ai presque pas senti pousser et percer mon hymen. Alors que sa bite dure déchira mon innocence, je pouvais sentir sa chaleur et sa présence brûler en moi comme un feu sauvage. Il se calma un instant et s’introduisit encore plus loin à l’intérieur alors que je laissai échapper un râle à la fois de douleur et de plaisir. Il poursuivit son assaut sur ma chatte, implacable, dur et impitoyable et bientôt cette douleur se mua en un plaisir si cru, si éternel, si englobant que tout s’effaça autour de moi; le photographe, la caméra, le lieu, et tout ce qu’il restait furent alors passion aveuglante et tornade d’amour incontrôlé jusqu’à ce que mon orgasme surgisse et nous consume tous deux dans un tourbillon de lumière blanche et d’étoiles multicolores. Nous avons continué de faire l’amour dans toutes les positions connues de l’homme et lorsque nous avons fini notre jour de tournage, nous étions tous deux épuisés, mais je me sentais aimée et chérie et je n’étais pas seulement contente d’avoir gagné de l’argent, mais d’avoir pu le gagner en donnant mon innocence à l’homme que j’aime. J’ai travaillé plusieurs fois pour le même photographe, j’y même perdu ma virginité anale, encore avec mon copain. Vous pouvez voir le film de ma perte de virginité en entier (43 minutes), toutes mes photos et la vidéo de mon dépucelage anal ici.

Members
Inscrivez-vous maintenant

Rita Ulyanova

J’ai grandi dans un quartier très pauvre de Moscou. Le beau temps durait longtemps mais les hivers l’étaient encore plus. Nous avions toujours froid, faim, toujours dans le besoin de quelque chose. Mes deux parents travaillaient dur et nous étions quand même dans le besoin.
Mais alors que nous manquions de tout, nos vies étaient emplies d’amour et de passion. Nous inventions des histoires pour nous divertir les soirs plongés dans le noir par manque d’électricité. Ma mère était créative, elle pouvait taper des sous à l’aide de vieux chiffons que d’autres auraient jetés et nous mangions avec grand appétit ce qu’elle nous préparait.
Ma mère était brillante et elle m’a appris à lire et bien que nous ne pouvions pas nous permettre d’avoir des instruments, elle m’apprit tout ce qu’elle savait sur la beauté de la musique. Mon père aussi était brillant, il m’enseigna les mathématiques et la science.
Si nos besoins n’avaient pas été aussi évidents, je n’aurais jamais pensé que nous étions pauvres, mais il y avait une grande différence entre mes camarades d’école et moi. Plus je grandis, plus je m’apercevais de ce fossé et plus notre pauvreté s’aggrava.
Donc, quand j’ai lu dans le journal qu’une femme avait vendu sa virginité... Read more >>> aux enchères pour 7500 euros, j’ai su que je devais faire quelque chose pour sortir ma famille de cette pauvreté extrême.
J’ai demandé l’aide d’une copine de classe qui avait un ordinateur pour que je puisse trouver ce site de vente aux enchères. Je ne l’ai pas trouvé, mais j’ai trouvé une annonce d’un photographe qui paierait pour avoir des photos de ma chatte vierge et qui paierait même plus pour filmer la perte de ma virginité. J’étais si désespérée que je l’ai contacté, et grâce à un prêt de me copine, je me suis retrouvée dans un but direction Budapest, Hongrie.
Le voyage m’a laissé le temps de réfléchir à la décision et lorsque je suis arrivé au studio, j’avais réalisé que ce paiement unique allait aider, mais ne serait pas suffisant pour nous soustraire définitivement à la pauvreté. Pour une fille comme moi, il n’y avait pas tellement d’autres solutions que de devenir actrice porno, là je pourrais subvenir aux besoins de ma famille. Bien sûr je pensais bien que mes parents n’allaient pas être ravis de ce choix de carrière, mais je savais qu’ils avaient une vie tellement dure et qu’ils ont pris soin de moi du mieux qu’ils pouvaient. C’était mon tour de leur rendre la pareille et de leur ôter ce terrible fardeau.
J’ai été franche avec le producteur et le photographe sur mes motivations et mon envie de devenir une star du porno et il m’assura qu’il ferait du mieux qu’il pourrait pour faire de mon rêve une réalité.
Le photographe prit plein de clichés, puis des vidéos solos. Il les traita rapidement puis les envoya à une agence qui était d’accord de signer avec moi aussitôt. Mais avant cela, il fallait filmer une scène pendant laquelle j’avais un rapport sexuel avec un homme. Cet homme allait être Thomas Stone, un acteur porno Hongrois célèbre, et il allait me dépuceler devant la caméra.
J’étais nerveuse. Je n’avais aucune expérience avec les hommes et j’étais là, sur le point de laisser un homme qui baise des femmes pour de l’argent prendre mon innocence.
Lorsque je l’ai rencontré, il était très gentil. Il m’a gentiment caressé la peau et tandis que le photographe mettait en place la lumière, il m’embrassa et me toucha un peu. Ceci fit que quand tout était prêt pour le tournage, je me suis retrouvée brûlante de désir pour lui.
Ses yeux bruns me transpercèrent de ce regard chaud et il entreprit la procédure qui allait mener à la destruction de ma chatte vierge, et peut-être plus.
Ses caresses étaient tendres, mais je pouvais sentir la chaleur émaner de son corps. Il avait un goût de mente et avait une odeur d’épice et de tabac tandis que ses mais s’approchaient des lèvres de ma chatte vierge. Je pouvais l’entendre renifler mon excitation et je vis ses yeux s’illuminer de désir.
Il utilisa ses doigts de concert avec sa bouche afin de retirer le bout de peau qui couvrait mon petit abricot et sa langue forte se mit à me goûter. Je pouvais sentir des frissons avec un peu de douleur alors que ses doigts travaillaient plus vite et sa langue s’enfonça plus profondément. Puis, les frissons laissèrent place à une grande douleur qui me coupa le souffle alors que je tressaillis et que les muscles de ma chatte d’adolescente tremblaient.
Il me retourna, et sans me laisser le temps de reprendre mon souffle, il repris le frottement de mon abricot avec ses doigts jusqu’à l’entrée de mon cul. Il me mordit une fesse, puis l’autre, puis sa langue se retrouva dans mon trou interdit, faisant des va-et-vient humides. Il sentit que j’étais crispée, puis me retourna une fois de plus et m’installa dans la chaise.
Il déboutonna son jean et me dévoila lentement son immense bite. Je pouvais voir son pouls emplir progressivement de sang ses grosses veines qui recouvraient la surface de cette bite qui ne cessait de grandir sous mes yeux ébahis. Je saisis alors son membre et je sentis aussitôt son cœur battre dans ma main. Tendrement, je le pris en bouche, en faisant attention de ne pas le toucher avec mes dents. Je le suçai d’abord lentement, puis, alors que je sentais que je luis donnais du plaisir, j’osai avec plus de vigueur. Aucun de nous ne parlait la langue de l’autre, mais nos corps se comprenaient parfaitement.
Je le sentais se contracter plus fréquemment dans ma bouche et l’entendais gémir de plus en plus fort. J’étais peut-être une vierge, mais j’étais attentive en classe de biologie et je savais qu’il s’approchait. Je le libérai de ma bouche avec réticence et y sentis immédiatement le manque de bite. Comme si ma langue n’avait plus d’utilité et ma bouche était froide du manque de sa chaleur.
Il me plaça en ce que j’allais apprendre par être la position de la levrette, et alors que je sentais son désir de me pénétrer d’un coup franc et sec, il prit soin de me préparer avec délicatesse. Tandis qu’il frotta son gland contre mes lèvres, il tenta régulièrement de me pénétrer, mais lorsqu’il sentis la résistance de mon hymen et entendis mes gémissements de douleur, il se retirait et tenta à nouveau plus tard. A chaque occasion, il poussa un peu plus fort et à chaque occasion, les gémissements de douleur se muèrent lentement en gémissements de plaisir et l’envie de l’avoir en moi se fit insoutenable.
Dans un dernier assaut, il me tira sur sa bite et me perça l’hymen et je criai de douleur. Il me caressa rapidement et me susurra rapidement à l’oreille des mots que je ne comprenais pas pour me réconforter. Il me tenait fermement alors que ma chatte se dilata autour de lui et il recommença rapidement à pousser, lentement d’abord, puis plus rapidement quand nos corps se mirent à bouger en harmonie. Nous partions à la recherche de nos orgasmes respectifs, alors que sa bite provoquait ce plaisir dans les profondeurs de mon corps, ma chatte se mit à convulser autour de lui, trayant sa bite, ses râles de plaisir résonnaient fort dans mes oreilles et… vous devriez voir la vidéo pour savoir ce qu’il se passe ensuite.
Je suis une star du porno maintenant. Je travaille dur et j’ai pu sortir ma famille de la misère dans laquelle nous vivions depuis trop longtemps. A aucun moment je n’ai regretté cette décision et je suis reconnaissante pour mes débuts sur defloration.com et le plaisir que Thomas Stone m’y a donné!

Members
Inscrivez-vous maintenant

Anna Derevjanko

Salut, avant que je ne rentre dans les détails de mon histoire, je tenais à remercier tous ceux qui ont regardé ma vidéo sur defloration.com et pour votre soutient à ce site. Je suis éternellement reconnaissante à Tommy et au producteur et photographe de defloration.com pour avoir à la fois pris ma virginité et fourni une base solide à ma carrière dans l’industrie du film pour adultes.
J’ai maintenant 22 ans et ces quatre dernières années ont été une véritable aventure depuis que Tommy a prit ma virginité, j’ai d’ailleurs eu l’immense plaisir de travailler avec Tommy par la suite. C’est un homme remarquablement gentil et bien que la plupart de notre travail dépende d’un script, il parvient toujours à rendre la baise formidable... Read more >>>
Je n’avais pas prévu d’être actrice porno du tout. Quand j’avais 15 ans, je pensais devenir mannequin, ou peut-être même actrice « normale ». J’adorais prendre part à des pièces de théâtre organisées par l’école et quand j’ai eu 14 ans, j’ai commencé à me développé pour devenir la femme que je suis aujourd’hui. J’ai toujours eu une silhouette mince puisque je dansais régulièrement et j’adorais jouer à l’extérieur au lieu de rester assise à l’intérieur à regarder la télévision ou à lire, bien que j’aimasse les romans d’amour que je cachais de ma mère sous mon matelas. Je fantasmais sur tous ces hommes virils et forts qui me prendraient ma virginité, me possédant de droit. Je me masturbais souvent avant mes 18 ans, je finis par savoir que je voulais devenir un modèle érotique au moins, si ce n’est pas une actrice carrément! Après tout, si je voulais devenir une actrice normale, je devrais aller à Hollywood, aux USA et ça, c’était simplement hors de question.
Je savais que si je voulais devenir un mannequin érotique ou une actrice porno, j’allais devoir perdre ma virginité d’une manière ou d’une autre, et n’ayant pas de copain à ce moment, mes options étaient limitées. Je pouvais toujours m’acheter un gode et me l’enfoncer moi-même, quitte à me dépuceler toute seule. Cependant, j’avais lu énormément de romans d’amour, et je voulais que ma première fois soit spéciale, aussi j’ai commencé à œuvrer pour mettre en place la mon dépucelage. J’ai entendu des rumeurs à l’école, à propos d’un bel homme qui s’avérait être un professionnel qui prenait la virginité des filles, et qui le faisait dans le cadre d’un travail filmé et grassement rémunéré. J’ai donc contacté le producteur, nous nous somme rencontrés et j’ai signé un contrat. J’y suis donc retournée, nerveuse, peu après mon 18ème anniversaire. Le producteur était vraiment gentil et m’a donné beaucoup de conseils utiles. Il m’a également mis en contact avec une agence avec laquelle je travaille toujours aujourd’hui.
Quand j’ai rencontré Tommy, j’étais d’abord intimidée. C’était un très grand homme, avec des grandes mains qui auraient presque pu entièrement faire le tour de ma petite taille. Il était si grand, plus grand que la plupart des garçons que je connaissais et il était fit et musclé, pas maigrichon.
Nous avons commencé notre séance photo et mon Dieu qu’il avait une bite immense! Elle était droite, large et nervurée. Non seulement elle me surprenait, mais elle m’excitait énormément. Je ne comprenais pas comment il allait pouvoir rentrer ça dans ma petite chatte, mais ma petite chatte se mouilla, me faisant ainsi comprendre qu’elle était d’accord d’essayer. A ce point-là, je m’en fichais de sa taille, je voulais juste sa grosse bite dans ma chatte. Ses yeux s’écarquillèrent un peu, et je crois qu’il savait que j’étais excitée. Soudain, son regard s’assombrit et je crois que c’est ça que mes auteurs préférés appelaient « désir » et j’adorais ce regard. Ses grands yeux bruns et chaleureux devinrent noirs et une étincelle animale s’y alluma. Ce regard, ainsi que son odeur épicée, mélangée à celle d’un cigare et de l’odeur de son excitation était enivrante. Je ne pouvais plus attendre qu’il prenne ma chatte en main et ma baise.
Nous étions tous deux prêts à s’affairer à ce dépucelage et aucun de nous n’avait vraiment besoin de préliminaires. J’étais aussi partante qu’il me paraissait l’être.
Avant que j’eu le temps de comprendre ce qu’il se passe, il essaya de percer mon hymen et j’ai eu un mal de chien quand il y est parvenu. J’eu très mal jusqu’à ce que son membre s’adapte à mon vagin. Je n’avais aucune idée qu’une queue aussi grosse puisse entrer en moi, et atteindre des endroits aussi profonds et j’adorais ça! La douleur devint rapidement une chaleur brûlante qui allait réchauffer ma chatte et mettre me mettre le feu à l’intérieur. Puis, il commença à bouger gentiment d’abord, puis plus fermement ensuite, je me poussais contre lui pour trouver ensemble notre rythme de coups en coups, pour que nous puissions bouger comme un seul corps.
Nous avons changé de position et je l’ai chevauchée dans la position qu’on appelle « cowgirl ». De cette façon, j’étais en contrôle et j’adorais le sentiment que j’avais alors que ma chatte s’empalait sur sa queue de bas en haut. Il y avait tellement d’émotions qui se bousculaient dans ma tête et j’ai commencé à sentir un orgasme arriver. J’ai senti mes doigts de pieds se replier tandis que les muscles du bas de mon corps se crispaient et se resserraient, à tel point qu’il devint difficile pour Tommy de bouger librement tant ma chatte le serrait. Puis lorsque l’orgasme arrive j’ai penché ma tête en arrière, et laissé échapper un cri d’extase et j’ai vu une lumière blanche qui m’aveugla ainsi que des étoiles bleues et rouges. Ma chatte était en feu. J’ai senti ma chatte se resserrer autour de sa queue alors qu’il tentait de s’en retirer pour gicler son sperme chaud sur le bas de mon dos. Sa chaleur était incroyable, et pourtant, j’étais déçue qu’il ne me jouisse pas à l’intérieur. Je voulais que sa semence me tapisse l’intérieur au lieu de refroidir sur mon cul. J’ai appris par la suite que l’éjaculation était toujours plus importante que mes désirs.
Mon Dieu! C’était incroyable! Ma première fois n’avait rien à voir avec ce que j’avais imaginé et certainement bien plus satisfaisante que n’importe quel fantasme issu d’un roman à l’eau de rose. Heureusement pour moi, j’étais à la même agence que Tommy et j’ai eu l’opportunité, pour ne pas dire l’immense joie de me faire baiser par lui de nouvelles fois devant les caméras.
Je n’ai bien sûr pas grandi en ayant voulu devenir une actrice porno, mais tout et tous ceux avec qui j’ai travaillé on été incroyables. Je suis très chanceuse que Tommy ait été mon premier et que j’aie la chance de travailler avec lui.
Je suis très reconnaissante à defloration.com, son photographe et producteur et bien sûr à Tommy pour rendre possible cette vidéo qui non seulement a été une entrée dans le business, mais aussi une expérience incroyable. Maintenant que vous connaissez mon histoire, regardez moi sur defloration.com et voyez comment l’histoire se déroule. Je sais que vous aller adorer la regarder la vidéo, autant que j’ai adoré la tourner.

Members
Inscrivez-vous maintenant

Greta Polack

Lorsque Greta est arrivé dans notre studio pour la première fois, elle a catégoriquement refusé de perdre sa virginité devant notre caméra puis un peu plus tard, elle a accepté de le faire devant son petit ami. Nous lui avons conseillé de prendre une pillule de Viaga mais il a refusé. Et il a réussi une belle performance sans le Viagra ! Admirez ces superbes photos hardcores et une video en HD ! Vous pouvez la télécharger dès maintenant! Sa petite fleur encore intacte vous fera perdre la tête…

Members
Inscrivez-vous maintenant

La Pucelle

...C’était un jour d’été particulièrement chaud et elle portait une jupe courte sans slip. Elle était dans l’appartement de ses parents, à quatre pattes, nettoyant le carrelage de la cuisine. Elle était seule avec son gros chien. Tout à coup, il s’est brusquement jeté sur elle, la maintenant avec ses pattes. Elle était complètement choquée. Elle a essayé de l’écarter mais il était très puissant et s’est mis à grogner. Elle a remué ses fesses pour lui faire lâcher prise et c’est là qu’elle l’a senti s’introduire dans son anus. Il a commencé à faire des mouvements d’aller et venue frénétiques. Quand elle m’a raconté cette histoire, elle a rougi et a admis que c’était agréable. Elle savait ce qu’il faisait parce qu’elle avait déjà vu des chiens s’accoupler dehors. Au bout d’une minute, elle a senti un liquide chaud s’écouler en elle. Lorsque le chien s’est retiré, elle est restée dans la même position pendant quelques minutes tandis que le chien lui léchait la chatte. Après cette expérience plutôt choquante, elle est restée vierge. Elle va bien et aimerait vraiment perdre sa virginité devant ma caméra. Son histoire s’est plutôt mal finie pour le chien. Lorsqu’elle a raconté à ses parents une partie de ce qui s’est passé, son père a abattu le chien!

Members
Inscrivez-vous maintenant

J’ai vendu ma virginité

Elle est venue nous voir à peine deux jours après son 18ème anniversaire. Alors que j’écartais lentement ses jambes, j’aperçu les lèvres pleines de sa virginité. Elle trembla de peur et d’excitation au contact de mes mains à l’intérieur de ses cuisses. Elle n’avait jamais laissé un garçon voir ou toucher sa chatte. J’écartai doucement ses lèvres et vu son hymen intact. Je dû lutter contre mon désir suprême de glisser un doigt ou ma langue pour la porter aux 7ème ciel. A la pensée qu’elle allait perdre sa virginité, cette jeune fille inexpérimentée en était si excitée que je savais qu’elle ne pourrait pas me résister, mais il fallait d’abord signer un contrat…

Members
Inscrivez-vous maintenant

Anastasia Seymour

Elle est venue dabs nos studios juste après ses 18 ans. Elle a accepté de poser nue pour nous, et de faire une vidéo solo dans laquelle elle nous montre son hymen, prouvant ainsi sa virginité. Plus tard, nous l’avons convaincu de perdre sa virginité avec notre acteur professionnel, Tommy.
Voyez ci-dessous les captures d’écran de la vidéo.
Tommy lui ouvre les jambes lentement et gentiment, il est le premier homme à voir son hymen.
Nous avons décidé de prendre sa virginité en levrette. D’expérience, c’est la meilleure position pour effectuer cette opération. C’est moins douloureux pour la fille et plus plaisant pour l’homme.

Anastasia était fascinée en regardant Tommy éjaculer. Aujourd’hui fut la première journée de la vie sexuelle de cette jeune vierge, et nous l’avons entièrement en vidéo. Vous pouvez la télécharger en entier ici et maintenant.

Un commentaire d’un membre:

Anastasia est une beauté « classique ». Elle a un superbe visage. Elle devrait être mannequin. Je crois que dans votre conversation, elle évoque l’idée du mannequinat. Ses seins sont parfaits. Ses jambes sont parfaites. J’ai fait des captures d’écran et je les ai incluses. Elles sont similaires aux photos que vous avez postées.
L’ « histoire » dans les deux vidéos est excellente. La continuité est très bonne. C’est une histoire d’amour à la fois émotionnelle et érotique. C’est votre meilleure vidéo jusqu’à présent.
J’ai été surpris de la rapidité avec laquelle elle a appris à sucer un pénis si vite.
De plus, la manière de laquelle elle bougeait alors qu’elle était assise sur lui était très érotique. J’ai adoré. J’ai adoré chaque seconde de cette vidéo.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Rebecca Brown

Bonjour, je m’appelle Rebecca Brown et jusqu’à il y a quelques jours seulement, j’étais vierge. Je veux être actrice porno depuis que j’ai vu ma première vidéo porno chez une copine de classe il y a trois ans. Nous étions quatre filles qui traînaient ensemble après l’école et qui sirotaient de la bière qu’elles avaient dérobées du frigo. Nous sommes toutes devenues un peu ivres, et nous avons commencé à jouer à des jeux sexy. L’une des filles avait trouvé le stock de DVD porno de son grand frère et nous en avons joué un sur le téléviseur, éteint les lumières et avons commencé à regarder. C’était le dépucelage de Tamara Uromy.
C’était super chaud! Ma culotte était toute mouillée à regarder cet acteur, Tommy caresser ses seins et j’étais ébahie devant la manière de laquelle ses tétons durcissaient en réaction à ses caresses. Je voulais savoir ce que ça faisait, et j’ai tiré mon pull vers le haut, la sensation était à la fois excitante et interdite. Alors que la vidéo progressait, je pouvais entendre mes camarades de classe gémir en silence, je me suis alors aperçue qu’elles jouaient toutes avec leurs seins sous les couvertures, et lorsque Tommy se mit à caresser le vagin de Tamara, nous le suivions. À la fin de la vidéo, certaines d’entre nous avaient atteint l’orgasme, mais pas moi. Cette sensation était trop étrangère et bizarre et j’eu peur de mes désirs. Nous avons également regardé dans le miroir pour être sûrs que nous étions toutes bien... Read more >>> vierges. Ce que j’ai retenu de cette vidéo, c’est que moi aussi, un jour, je serai une actrice porno et qu’un jour, Tommy me baiserait comme il a baisé cette fille dans le film. À partir de ce moment-là, jusqu’à mes 18 ans, j’étais devenue obsédée par Tommy et j’ai regardé en boucle toutes les vidéos que je pouvais trouver de lui. Je me suis masturbée tellement de fois, mais je n’arrivais pas à me faire à cet étrange sentiment que j’avais quand je me touchais les tétons ou quand je me touchais le vagin. Mes copines n’arrêtaient pas de parler de leurs orgasmes, de leurs petits copains et de leurs dépucelages, quant à moi, je restais fidèle à mon rêve de me faire dépuceler par Tommy.
Le jour de mes 18 ans, ma famille m’avait couverte de cadeaux dès tôt le matin et j’étais toute excitée. Je suis sûre qu’ils croyaient tous que c’était à cause des cadeaux ou simplement à cause du fait d’avoir 18 ans, mais en vérité, je ne pouvais penser qu’à une chose : j’étais en âge de devenir actrice porno et Tommy allait enfin pouvoir prendre ma virginité. L’après-midi même, je me suis rendue dans la plus grande agence de films pour adulte à Budapest pour me faire représenter par eux.
Ils m’ont déshabillée devant l’agent et un photographe a commencé à prendre des photos de moi. Je n’ai pas aimée être nue devant ces hommes, ils me faisaient me pencher en avant, écarter mes fesses. Ils ont amené la caméra très proche de mon vagin qu’ils ont badigeonné de lubrifiant afin qu’il ait l’air « frais comme la rosée du matin ».
Un autre homme est alors venu, a défait son pantalon et m’a demandé de sucer sa bite. J’ai pensé que je ne voulais pas faire ça. Je voulais Tommy. J’étais toute confuse, je me suis rhabillée et j’ai commencé à crier avec ces hommes. Ils n’ont pas compris ma réaction. J’étais dérangée par le fait qu’ils veuillent me faire des choses sans me payer. Puis, ils ont découvert mon secret, et au lieu de me renvoyer chez moi, ils m’ont envoyé chez defloration.com pour faire les photos et s’occuper du dépucelage.
Le photographe de defloration.com était gentil et doux avec moi. Il a pris des superbes photos et m’a fait me sentir belle et sexy. Lorsque le moment est venu de perdre ma virginité, j’étais toute excitée de finalement rencontrer Tommy. Ils m’ont alors dit que Tommy n’était pas disponible et que. Oui, j’étais déçue, mais j’avais déjà vu Renato donc je ne me sentais pas perdante au change.
J’étais nerveuse, mes paumes étaient moites et mon cœur battait la chamade, mais j’allais bientôt perdre ma virginité avec une pornstar et j’allais en devenir une moi-même. Je me réjouissais de tous les films que j’allais tourner et de l’argent que j’allais gagner, de finalement pourvoir quitter le domicile familial et devenir indépendante. Par contre, je n’étais pas préparée aux sensations que mon corps allait avoir. Renato était gentil et respectueux, mais je l’ai combattu et mes sensations aussi. J’ai refusé de m’abandonner au plaisir que mon corps avait et j’avais si honte que je ne pouvais pas le regarder en face. J’étais têtue et j’ai bloqué mon orgasme. Je me suis crispée sur son membre démesurément grand alors qu’il faisait des va-et-vient dans ma chatte. Ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais ni ce sur quoi je fantasmais toutes ces années! J’étais même sûre que si c’était ça ce que voulait dire être une actrice porno, alors je n’en voulais plus.
Pendant mon dépucelage, j’ai passé tellement de temps à penser avec ma tête et à combattre les sensations de mon corps que j’ai eu un orgasme inattendu. Renato touchait mon clitoris avec la base de son pénis alors qu’il me donnait des à-coups de plus en plus forts et de plus en plus vite et nous avons jouis tous les deux en même temps. Le plaisir que je ressentais alors qu’il vida sa semence en moi était indescriptible, à tel point que je sentais un second orgasme se construire en moi. J’étais si choquée de m’être abandonnée au plaisir que je tentais de me refuser à moi et à Renato, que je le voulais encore en moi au moment où il s’est retiré.
Je suis rentrée à la maison ce soir-là, déçue et voulant une autre chance avec Renato. Je ne pensais plus entendre parler de ce producteur, mais quelques jours plus tard, il m’a appelé et m’a demandé de revenir. J’ai fait plus de vidéos et de photos pour defloration.com. Vous pouvez tout voir en devenant membre aujourd’hui.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Anna Lukina.

Salut, je m’appelle Anna et j’ai perdu ma virginité sur defloration.com avec Renato. Avant de le rencontrer, j’étais vierge dans tous les sens du terme. Je n’avais même jamais embrassé un homme avant ni même senti les mains d’un homme parcourir mon corps et en aucun cas ressenti le plaisir que j’ai ressenti en une heure avec Renato.
Je viens d’une petite ville en Russie. Tout ici est coincé dans le passé, des habits aux traditions antiques, il n’y a aucun signe de futur, nous sommes pris dans les jours anciens. Nous ne voyons aucune raison de changer, et nous attendons des autres qu’ils s’adaptent à notre manière de penser à défaut de les marginaliser.
J’ai grandi dans cette ville, acceptant cette inertie jusqu’à ce que je tombe sur un roman d’amour à la bibliothèque. Il était caché, certainement afin qu’il soit hors de portée des regards impressionnables, mais je l’ai trouvé, avec cette imagine de couverture d’un homme très grand avec une crinière blonde dorée et des yeux verts. Il tenait fermement dans ses bras une jeune femme portant une robe moulante et leurs yeux racontaient des passions interdites. Cette couverture m’a fait ouvrir le livre et j’ai commencé à lire ces histoires de comportement scandaleux. Je savais que j’allais devoir laisser le livre ici et venir souvent à la bibliothèque pour le lire. Si je l’avais emprunté et ramené à la maison, j’aurais été punie pour mon comportement transgressif. J’en ai appris sur le sexe et sur l’amour dans ce livre, ainsi que nous sommes libres de tomber amoureuses de qui nous souhaitons. J’en ai appris sur le sexe hors mariage et sur une passion que je ne retrouvais chez aucun des habitants de notre ville. Dans mon cœur, je voulais tout ce que ces gens étaient libres d’avoir et ne pouvais plus me contenter du futur tout tracé par le passé de ma famille.. Read more >>>.
À travers des rumeurs, j’ai entendu parler des services que proposent defloration.com et j’ai envoyé un mail anonyme d’une fausse adresse mail à la bibliothèque. Je voulais qu’ils me dépucèlent et je voulais vendre ma virginité pour que je puisse me permettre le voyage jusqu’aux studios et de pouvoir rentrer chez moi en femme libre et non en fillette dont le destin serait scellé. Voyez-vous, alors que j’avais 16 ans, ma main a été promise à un ami de mon père. Il était vieux comme mon père et était encore plus laid. Il était petit et avait un gros ventre. Son visage était couronné d’une calvitie luisante, et son regard affamé me retournait l’estomac. Il puait l’eau de Cologne bon marché, le tabac froid et l’alcool. Son haleine était chaude et son corps dégageait une chaleur suffocante. Je devais m’asseoir à côté de lui plein de fois, à table, à l’église et il tentait souvent de me prendre la main dans ses paumes suantes. Il me dégoutait et plus je m’approchais de mes 18 ans, plus ses tentatives s’aggravaient et plus je redoutais mon anniversaire. Un soir à table, il annonça à tous son intention de me déflorer et clama que c’était merveilleux qu’aucun autre homme ne m’ait jamais touché. J’étais gênée à mourir d’entendre de tels propos devant ma famille et lorsqu’il annonça qu’il avait l’intention de me prendre le cul avant mes 18 ans et notre mariage, je sus que je devais faire quelque chose pour échapper à ce terrible destin. Mais après avoir été humiliée cette nuit, j’ai appris une chose: que c’était précisément ma virginité qui me donnait de la valeur, et j’étais bien décidée à me soustraire à ce fardeau, à me libérer de ce mariage arrangé et à vivre une vie libre et d’aimer qui je voudrais. J’ai donc finalisé mes arrangements avec le studio pour qu’ils me reçoivent quelques jours après mes 18 ans et je laisserais un acteur porno professionnel prendre ce qui comptait le plus aux yeux de ce vieil homme sordide.
Le jour de mes 18 ans, mes parents ont organisés une grande fête en mon honneur et en celui de mon futur époux. L’alcool a coulé à flots et bon nombre d’homme m’a approché en faisant tout un tas d’avances indécentes. Mes meilleures amies qui connaissaient mon plan étaient là pour me protéger et m’épargner l’humiliation d’un viol le jour de mon anniversaire. Le jour suivant, j’étais dans le bus en direction de Budapest et de mon dépucelage.
J’étais d’abord très nerveuse, on m’avait dit que cela pouvait être douloureux, en particulier avec une grosse bite, mais la douleur n’était rien à côté de ce qui m’attendait si j’étais restée dans mon village. Le photographe parlait russe et nous a servi d’interprète à Renato et à moi. Il m’a beaucoup rassurée en m’expliquant tout ce qui allait se passer. Il m’a dit que j’avais le pouvoir d’arrêter à tout moment, bien que j’eusse déjà signé un contrat et qu’une avance m’avait déjà été payée pour le voyage.
Lorsque j’ai rencontré Renato, il était la perfection. Jamais je n’aurais pu imaginer me faire prendre par un homme si beau. Je suis devenue beaucoup plus nerveuse du coup. Il m’a rassuré avec sa belle voix et son regard chaleureux. Il m’a caressé avec ses doigts aussi tendres que les ailes d’un ange alors qu’il me guida sur la route du plaisir. Tant d’émotions virevoltaient dans mon cerveau tandis que mon corps était occupé à identifier ces nouvelles sensations et lorsqu’elles devinrent trop intenses, je dus faire une pause pour avoir le temps de réaliser ce qu’il se passait afin de pouvoir poursuivre.
J’avais espéré qu’il eût une petite bite mais lorsque je l’ai vue, mes yeux s’écarquillèrent et ma mâchoire tomba de terreur. Cependant, Renato m’a assuré qu’elle n’était pas si grande et qu’elle rentrerait parfaitement dans ma chatte innocente.
Lorsqu’il m’empala, j’ai crié de douleur. Il n’osa d’abord plus bouger, puis mon corps commença à s’adapter à cette invasion et la douleur céda pour faire place au plaisir. Il me prit dans différentes positions. À un moment donné, nous avons pris une pause dans la baise et il me demanda de le sucer. J’ai goûté mes fluides sur sa bite. Dans un premier temps j’eus des doutes, mais au fur et à mesure que je sentais le mélange de son goût à lui avec les miens, je m’enivrai de plaisir et tout changea. Je me sentais puissante et ingénieuse. Non seulement je donnais du plaisir à cet homme, mais j’en prenais aussi pour moi. Chaque orgasme était plus intense que le précédent jusqu’au moment où nous avons joui ensemble et là, non seulement la terre bougeait, mais l’univers dériva de son axe et je cessai d’être et Renato cassa d’être et nous ne formions plus qu’un.
Je ne voulais plus quitter Budapest ni rentrer chez moi après cette expérience. Il n’y avait plus rien pour moi dans mon petit village à pars le chagrin et l’emprisonnement d’un endroit qui refusait d’embrasser l’avenir.
Mais maintenant, j’avais vendu ma virginité. Je n’étais plus un atout aux yeux de l’ami de mon père et plus la bienvenue dans ma famille à cause de ma trahison. C’est drôle qu’ils ne se soient jamais rendus compte que d’arranger un mariage avec un vieil homme dont je ne voulais pas était déjà une trahison de leur part. Cela n’avait plus d’importance. J’étais libre. J’avais un peu d’argent de la vente de ma virginité et j’allais vivre ma vie comme je l’entendais. J’étais libérée d’un futur empli de chagrin et d’ennui. Maintenant, je vis une vie meilleure, ce n’est pas toujours facile, mais c’est certainement mieux. Meci à Renato et à defloration.com pour tout!
Members
Inscrivez-vous maintenant

Rencontrez notre première vierge asiatique.

Elle nous a demandé de ne pas préciser où elle habitait. C’est une adolescente très belle et très polie. C’est la première fois qu’elle pose nue devant une caméra. Nous sommes sûrs que vous allez adorer voir sa toison pas rasée. Cela fait un an que nous l’avons photographiée et elle est toujours vierge. Désolé les mecs, elle a dit qu’elle attendrait l’homme qu’elle allait épouser. Devenez membres et téléchargez ses superbes photos en Haute Qualité et sa vidéo en HD. Tout comme nos autres vierges, elle est en exclusivité sur notre site.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Anna Netrebko.

Je suis Anna et je suis une ballerine à Prague. Je fais de la dance depuis que j’ai deux ans. Je me rappelle que je mettais le tutu de ma mère quand elle était elle-même ballerine, et sa mère avant elle. Ma mère ajustait le tutu à mon petit corps et allumait le tourne disque avec de la musique classique. D’abord, nous bougions ensemble au son de la musique et dansions comme une seule personne. Alors que je grandissais, elle a commencé à m’enseigner des exercices à la barre et nous répétions encore et encore jusqu’à la perfection. Quand j’eus cinq ans, elle commença à m’enseigner les pas d’une pièce célèbre qu’elle avait déjà dansée lorsque j’eus sept ans, mes os et muscles étaient devenus suffisamment forts pour que je dans en pointe. Puis j’ai commencé à prendre des leçons auprès de véritables professeurs et mon père dut travailler en plus et ma mère faire la lessive pour les riches afin qu’ils puissent se permettre de payer mes leçons. Je mangeais, respirais et dormais ballet. Je ne manquais pas une opportunité et le sacrifice de mes parents pour que je devienne une prima ballerine au conservatoire était tout pour moi. Dès 11 ans, je quittai le domicile familial et ma vie était dévouée au travail scolaire et aux études de danse, je n’avais donc pas de temps à consacrer aux choses amusantes ni aux amis, ni évidemment aux petits copains.
J’étais retournée à Prague après avoir passé mon 18ème anniversaire avec mes parents. C’était bon de les voir de nouveau, ma mère et nos sessions de danse me manquaient. Ma vie ne tournait qu’autour de ma performance et alors que je prenais ça très au sérieux, je me suis toutefois accordée une permission qui consistait à prendre des cours de gymnastique avec une camarade de classe... Read more >>> .
Nous sommes entrées au gymnase le mois dernier, la monitrice était très excitée et a commencé par nous réunir, nous les filles autour d’elle. Elle a d’abord renvoyé toutes celles qui n’avaient pas 18 ans. Quand la salle s’était vidée et qu’il n’en restait que quelques une d’entre nous, elle nous a fait nous déshabiller et nous mettre debout en rang. Nous nous demandions en chuchotant ce qu’il pouvait bien se passer. Étions-nous trop âgées? Pas assez en forme? Étions-nous démasquées comme ballerines du conservatoire et allions nous être renvoyées?
La monitrice poursuivit ses éliminations jusqu’à ce qu’il ne reste de nous qu’une poignée de filles. Ensuite, elle nous a rassemblé autour d’elle et nous a expliqué qu’un très célèbre photographe russe allait venir nous filmer pendant nos entrainements de routine. Elle a dit que ça allait être très bien payé mais que c’était du nu. J’ai rougi à l’idée d’un homme étranger me voyant nue, moi et mes camarades de classe. C’était quelque chose de très nouveau pour moi, je n’avais jamais vu personne entièrement nu, et personne excepté ma mère lorsque j’étais enfant ne m’avait vu nue moi. Nous devions prendre une décision immédiatement et quelques filles refusèrent, malgré la tentation de l’argent. C’était une somme importante considérant ma situation, j’allais pouvoir faire des économies et personne ne découvrirait jamais.
Le studio était fermé au public ce jour-là et les quelques filles qui avaient accepté étaient là avec moi, nous nous blottissions car il y faisait très froid. On nous donna des petites robes de chambre et nous dirigea vers des emplacements où des hommes et des femmes allaient nous maquiller et nous faire les cheveux. À ce moment-là, on nous demanda de retirer nos robes et notre peau fut inspectée soigneusement pour y couvrir à coup de fond de teint les éventuels boutons ou tout autre marque qui se verrait à la caméra. C’était la première fois que mon corps était scruté par un homme et mes seins se sont durcis à son toucher, je ne sus quoi faire.
Une fois terminés avec nos maquillages et nos cheveux, nous sommes entrés dans une chambre où on nous demanda de faire quelques échauffements. Il y avait des lumières spéciales, pleins de caméras dans le studio et un homme assis dans un coin qui ajustait l’objectif d’une caméra tandis que nous commencions nous échauffements. Alors que je me penchais pour échauffer les muscles de mes jambes, je sentis un léger souffle d’air passer sur mon vagin et la sensation m’a à la fois surprise et excitée. Je continuais de travailler et lorsque je me suis tournée, le photographe s’était levé et nous approchait. J’étais clouée au sol. Je n’avais jamais vu une telle créature auparavant. Il était grand, mais pas imposant. Il était fort et musclé, mais pas intimidant. C’était sa manière de bouger qui fit effet sur moi. Ses mouvements étaient sûrs et exercés et c’est avec une certaine grâce féline qu’il se déplaçait à travers le studio, tel un lion fier, un chasseur sûr de sa proie. La caméra qu’il portait était lourde, mais il la portait comme si elle ne pesait rien. Ses mains avaient le mouvement fluide et gracieux comme si il jouait d’un Stradivarius alors qu’il plaça sa caméra et la fille en position. Il s’approcha de moi, me rangea une mèche de cheveux derrière l’oreille et me parla. Sa voix était aussi fluide que ses mouvements, gravée de compassion et douce comme le meilleur des cognacs; chaude et rassurante. Je rougis à ce qu’il me disait, alors qu’aucun de nous ne parlait la langue de l’autre. Mais ce furent ses yeux qui me parlaient, bruns et chauds, comme du chocolat fondu avec des flammes dorées dansant autour son iris noir. Je rougis à nouveau sans avoir pourquoi, mais je commençais mes exercices et il me suivit. Son regard croisa souvent le mien et alors que nous continuions, la caméra avait disparu et il n’y avait plus que nous deux dans le temps et l’espace, libérés de toute inhibition. J’ai fait un grand écart et me roula sur mon dos en gardant mes jambes écartées. Mes poils pubiens soignés volaient à l’air froid qui traversait la salle et humidifia mes lèvre. Soudain, comme électrocutée, mes tétons se sont durcis. Je l’ai entendu comme s’étouffer et ses yeux brûlaient d’un regard que je n’avais encore vu chez personne. Ses yeux m’hypnotisaient et je sentis une fois de plus une chaleur montant de ma chatte trempée, parcourir mon corps pour rougir mes joues. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait, j’avais honte et j’étais confuse et je n’avais pas la moindre idée pourquoi.
Bientôt, l’exercice se termina et le photographe commença à ranger son matériel. Les autres filles allaient se rhabiller, mais moi, je restais là à le regarder, portant cette robe de chambre qui couvrait à peine mon corps chauffé. Il recourra à l’aide de la monitrice qui était capable de me traduire ce qu’il me disait. Il voulait que je lui confirme que j’étais bien vierge, je l’ai assuré que je l’étais mais ma parole ne lui suffisait pas. Il m’a fait écarter les jambes une nouvelle fois et a écarté mes lèvres. Son toucher était chaud, voire brûlant tout en étant tendre et agréable. La monitrice m’expliqua qu’il voulait faire une session en privé avec moi et qu’il me paierait une somme d’argent importante. Pour être honnête, je savais que l’argent allait me fournir une sécurité qui allait me permettre de finir mes études au conservatoire, mais ce qui m’a fait dire oui était plus la curiosité que m’inspirait ce personnage. Le jour suivant, je suis retournée au studio et il y eut encore plus de lumières et de caméras après que mon maquillage et ma coiffure furent terminés. J’avais mis des bas épais et une jupe de danse, en dehors de ça j’étais nue comme un ver. Le photographe m’a approché, d’une manière presque hésitante, et m’a tendrement replacé une mèche rebelle derrière l’oreille. Il me murmura en anglais tellement joliment que j’ai compris ce qu’il disait. Il voulait que je danse, mais je devais d’abord m’échauffer. D’une certaine manière, il me communiqua qu’il voulait voir mon vagin et son obsession pour ça m’encouragea. Ses mouvements étaient différents ce jour-là, interrompus par son besoin de constamment ajuster son pantalon. Curieuse, je l’ai regardé et j’ai vu du mouvement dans son pantalon, j’étais curieuse de savoir ce qu’il s’y passait. Il a vu que je le regardais et il devint écarlate, je me suis plongée dans son regard. Il m’a demandé de me caresser le vagin et de jouer avec mes doigts dans mes courbes humides, mais je me suis pétrifiée d’effroi! Mes yeux s’emplirent de peur et je me mis à pleurer. Il fit de son mieux pour tenter de me réconforter et me prit dans ses genoux, c’est alors que je compris ce qu’il se passait dans son pantalon, son envie de moi. J’ai bondi hors de lui et me suis précipitée vers la fenêtre que j’ai ouverte grand. Peu importe qu’on me voie nue ou qu’il fît froid; j’avais besoin d’air. Des émotions intenses me brûlaient de l’intérieur.
Voilà donc ce contre quoi ma mère me mettait en garde; les déboires du sexe et les pensées perverses des hommes qui ne sont capables de réfléchir qu’avec leur pénis. Il fallait que je parte pour échapper à cette mort certaine et me vider la tête, bien que ce que mon corps ressentît fusse en total désaccord avec ce qui m’avait été enseigné. Je savais qu’il voulait m’amener à l’orgasme pour lui et pour la caméra, mais ne comprenait-il pas qu’un orgasme équivaudrait à une mort certaine pour moi parce-que j’étais vierge et qu’on m’avait parlé des vices égoïstes des hommes et qu’ils me ruineraient?
Alors que je courais pour échapper de cette chambre, je me suis retournée. Je n’aurais pas dû, mais je l’ai fait. J’ai vu la douleur et la tristesse dans ses yeux provoquées par ma réaction et je me sentis poussée à le rassurer. Mon besoin de le rassurer était plus fort que ma peur, aussi je suis retournée auprès de lui, lui ai dénoué les sourcils avec mon doigt et l’ai embrassé sur le coin de la bouche. Je me suis ôtée de lui et l’ai regardé une dernière fois alors qu’il me laissait partir.
J’ai à peine pris le temps de me rhabiller correctement alors que je fuyais hors du bâtiment et me jeta sur la première porte que je vis. Mon cœur battait fort dans ma poitrine et les larmes coulaient le long de mes joues. Mes peurs m’ont-elles joué un trou trop cher? Quelles horribles choses vous devez penser de moi, fille gâtée, immature? La semaine suivante, j’ai reçu une note de lui écrite dans ma langue maternelle accompagnée de ma paie. J’ai passé une semaine à réfléchir à sa proposition et vous pourrez voir ma réponse rapidement. En attendant, vous pouvez voir ma vidéo privée et les résultats du shooting de groupe en cliquant ici
Members
Inscrivez-vous maintenant

Dunya Konoplya

Notre dernière vierge en date est une jolie paysanne avec de longs cheveux châtains. C’était très agréable de travailler avec elle, bien qu’elle ne sût pas poser correctement pour la caméra. Elle est venue dans notre studio toujours vierge et nous étions obligés de la prendre. Lorsque j’ai retiré sa culotte, j’ai vu ses joues rougir. Elle était très timide et maladroite mais elle me laissait faire ce que je voulais. J’ai écarté ses lèvres et ainsi devins le premier homme à voir le petit trou dans son hymen. Ma bite se durcit et je me suis pris d’envie. J’eus envie de mettre à l’épreuve sa réactivité sexuelle. J’ai tenté une entrée avec la langue alors que je léchais sa petite cerise. Elle trembla d’excitation et je ne pus plus m’arrêter. Je léchais de plus en plus fort et plongeais ma langue de plus en plus profondément, toutefois, en faisant attention de ne rien déchirer. Elle gémit et attrapa ma tête et souleva son vagin, m’y facilitant ainsi l’accès. Elle a joui en deux minutes, c’était incroyable. Laissez-moi vous dire un petit secret. Elle était toute heureuse de perdre sa virginité avec notre acteur Tommy. Pendant leur rapport, elle a joui quatre fois! Regardez la vidéo en haute définition!
Members
Inscrivez-vous maintenant

Nicole Birdman.

Bonjour, je m’appelle Nicole Birdman et je vis mon rêve en travaillant comme modèle érotique. Ma virginité est très prisée dans ce milieu et j’ai bien fait de la préserver mais pour être parfaitement honnête, j’ai failli la perdre quelques jours avant mon tournage chez defloration.com.
Je suis peut-être vierge, mais je ne suis pas innocente. J’aime regarder du porno la nuit avant de me coucher et je me masturbe régulièrement. Je suis des romans et des nouvelles érotiques et je rêve de mâles alphas me prenant brutalement et me baisant comme une chienne. Quand je passe près de garçons dans la rue, je leur prête des grosses queues et je passe le temps à imaginer qu’ils me prennent ma chatte vierge. Pour une vierge, j’ai vraiment chaud aux fesses... Read more >>>.
J’ai un vibromasseur que je cache sous mon matelas et si je n’avais pas si peur de percer mon hymen, j’aurais également un énorme gode. Cependant, mon endroit préféré pour me masturber est sous la douche. J’adore comme l’eau glisse le long de mon corps, de mes jambes et goutte à terre. J’adore comme le gel douche rend ma peau lisse lorsque je frotte mes petites mains partout sur mon corps et mes tétons se mettent à durcir lorsque j’imagine un bel homme traitant mon corps de la même manière. Je redouble d’attention lorsque je nettoie mon vagin rasé, mes mains glissent entre mes plis et quand je sens cette chaleur dans mon ventre, mon autre main remonte automatiquement vers mes seins et pince mes mamelons. Alors que mes deux mains sont occupées à faire l’amour à mon corps, je construis l’homme de mes rêves dans ma tête. Il est grand, ténébreux et très beau. Ses yeux sont de couleur caramel et sont emplis de désir pour mon petit corps d’adolescente. Ses bras forts me tirent vers lui et sa queue tombe lourdement entre mes seins. Je visualise une pré-éjaculation tachant ma poitrine alors que je rapproche mes seins l’un de l’autre. Je l’imagine frotter sa queue entre mes seins jusqu’à ce que sa respiration devienne erratique et qu’il explose sa semence dans de longs flots blancs. Je l’imagine salé et sucré à la fois alors que je le nettoie avec ma langue, puis, je jouis rien qu’à la force de mes mains. Mes genoux faiblissent alors que je m’adosse au mur de la douche, mais je n’ai pas encore fini. J’ajuste le pommeau de douche afin d’en obtenir un flot bien fort et je le dirige droit vers ma petite chatte vierge. Je règle la puissance du massage au maximum et je m’assois sur le sol de la douche. Je vise mon clitoris et je commence à construire mon orgasme, j’imagine les coups de butoir de l’immense queue de mon amant me baisant encore et encore. Je bouge le pommeau de bas en haut et j’atteins souvent mon trou du cul et bientôt mes jambes se mettent à trembler avec le feu d’artifice orgasmique qui se répand dans tout mon corps et mon cerveau. Je gis sur le sol de la douche comme si j’étais désossée, posée là contre le mur, l’eau chaude m’apaisant lentement alors que je récupère de mon orgasme.
Bientôt, je suis sèche et prête à me mettre au lit. C’est à ce moment-là que je regarde des vidéos de ma collection de porno. Mes préférés sont Thomas Stone, Renato et Sabby, ils sont tous très proches de mon amant idéal et avec l’aide de mon vibromasseur, je jouis encore et encore jusqu’à ce que mon clitoris démangeant soit satisfait et que je m’endorme dans des rêves d’amants et de sexe brutal et charnel. Je termine chaque jour par une douche et pleins d’orgasmes et je me réjouis du jour où je perdrai ma précieuse innocence et ainsi d’embrasser les merveilleux orgasmes et passions que m’apporteront les joies de la pénétration vaginale, je suis également prête à donner mon cul à qui en voudrait bien.
Jusque récemment, j’étais seule avec mes fantasmes. Mais quelques semaines avant que je pose pour ma première vidéo solo, j’ai découvert que je n’étais pas seule. J’avais le sentiment d’être observée depuis un moment, mais j’étais trop enfermée dans mes fantasmes très visuels. J’aurais cependant dû me fier à mon instinct puisque j’avais effectivement un visiteur et un intrus dans mes fantasmes qui n’était autre que mon propre grand frère.
Mon grand frère est plus vieux que moi de six ans, c’est un bel homme qui travaille dur. Cependant, il m’a regardée. Je n’étais pas sûre de comment je me sentais par rapport à ça, j’étais confuse, était-ce acceptable? J’avais lu des histoires de demi-frères et autres sujets tabous, mais alors qu’il s’agissait de sexe interdit, elles étaient plutôt excitantes. J’ai commencé à insérer mon frère dans le tableau de mes amants imaginaires et l’intensité de mes fantasmes a explosé. Mes fantasmes alimentant ainsi mes actions, je commençais à jouer pour lui lorsque je me masturbais. Il pensait peut-être que je me donnais en spectacle à un public imaginaire, en vérité, il était mon unique spectateur. Plus je savais qu’il regardait et plus je me masturbais. Le plus je me masturbais et le plus il regardait. Nous devenions plus courageux tous les deux. D’abord, il m’épiait à travers une très petite ouverture de la porte, puis, l’ouverture devenait de plus en plus importante, grandissant avec son courage. Je pouvais deviner qu’il se caressait la queue, puis, quelques jours plus tard, je l’ai carrément vue. Il se branlait carrément dans la porte entre-ouverte. Sa queue était longue et très épaisse. Elle était recouverte d’un réseau entier de veines et j’imaginais les plaisirs que ces reliefs pourraient apporter à ma petite chatte. Je le regardais se branler de bas en haut, saisissant son gland puis descendant tout le long de son membre imposant. Le plus il se touchait, le plus elle durcissait et grandissait, et lorsqu’il était entièrement en érection, il put à peine la tenir dans la main. Ce manège s’est poursuivi pendant plusieurs jours jusqu’à ce que j’appelle son nom alors que j’entrais dans la douche.
Ses mains lâchèrent sa belle queue alors que je le conviais dans la salle de bain. Il a d’abord hésité, puis, s’assurant qu’il n’y avait aucun témoin de cette perversion, m’emboita le pas dans la douche. Il entra dans la douche avec moi et, comme dans mon fantasme, sa lourde queue vint trôner sur ma poitrine et le logea entre mes seins. Je sentais sa chaleur intense se dégager de lui et j’adorais l’odeur qu’avait son excitation. Nous nous sommes regardés dans les yeux, nous fixant droit au plus profond de nos âmes tandis que nos mains parcouraient nos corps. Ses mains ont saisi ma chatte, ses doigts habiles dessinaient des cercles paresseux autour de mon clitoris et lorsqu’il tenta de pénétrer de ses doigts puissants ma chatte vierge, je l’en ai empêché et j’ai secoué la tête. Il comprit et me tira de nouveau vers lui, poursuivant les gâteries qu’il faisait à mes parties les plus sensibles, prenant également soin de mon petit trou du cul. Le fait qu’il m’ait observée aussi longtemps m’a complètement rendue folle et je rapprochais instinctivement mes seins pour le branler. Bientôt, je sentais monter les signes d’un orgasme approchant et j’ai jeté ma tête en arrière en laissant échapper son nom dans un murmure jouissif. Il faisait toujours des cercles autour de mon clitoris et je redescendais doucement de mon premier véritable orgasme alors que ses coups entre mes seins devinrent de plus en plus erratiques, il lâcha un juron et son foutre vint recouvrir spectaculairement mes seins à grands flots, exactement comme dans mes fantasmes. J’ai aimé le goût de mon frère et tandis que je me léchais, il me tira près de lui et j’ai salivé à l’idée de prendre sa queue dans ma bouche.
Lorsque nous nous somme quittés, la vision de nos orgasmes et notre passion nous emplit de honte. Jusqu’à maintenant, ce n’est arrivé qu’une fois, mais les souvenirs que nous gardons de notre douche commune sont désormais la pierre angulaire de mes fantasmes. Je ne dois plus m’imagine de petit copain issu d’un livre pour mes sessions masturbatoires, et bien que je regarde toujours du porno, la réalité d’un homme m’amenant à l’orgasme dépasse désormais tout ce que je peux imaginer.
Toutefois, je dois préserver mon innocence, qui m’est d’une valeur incalculable avec laquelle je compte assurer mon avenir. Lorsque je ne pourrais plus en profiter, je la vendrai, peut-être à Thomas Stone et son producteur, mais je sais que quand cela sera fait, mon frère sera plus que partant pour donner vie à mes fantasmes.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Lenochka Chernova

Rencontrez notre vierge russe de 18 ans. Regardez comme elle est mignonne quand elle pose en Haute Définition et en photos Haute Qualité. Voyez ses jambes écartées et son hymen intact.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Anna

Je m’appelle Anna. Je suis vierge. Je fais mes études à Paris, en France. J’ai tout juste 18 ans. J’ai volontairement accepté de perdre ma virginité devant une caméra. Je ne suis pas un mannequin et c’est la première fois que je me déshabille devant une caméra. Je suis peut-être sotte, mais j’ai besoin d’argent Read more >>>.
Vous ne le croirez pas. Elle riait comme une folle lorsque j’écartais ses lèvres pour voir son hymen et elle riait comme ça à chaque fois que je touchais son vagin. Quelle fille guillerette! Ou peut-être était-elle si nerveuse qu’elle masquait ça derrière son rire? Elle m’a dit qu’elle passait beaucoup de temps dans le camion de son père, puisque son métier était camionneur. Une fois réveillée (elle avait un endroit spécial où dormir derrière les sièges) elle a entendu des soupirs et des gémissements. Les rideaux étaient tirés et son père croyait qu’elle dormait. À travers un petit trou entre les rideaux, elle vit une femme s’empaler le cul sur une grosse saucisse entre les jambes de son père. Elle était pétrifiée et ne pouvait plus bouger, elle regarda cette femme continuer ces mouvement volontairement de bas en haut. Après un moment, elle a réalisé qu’il s’agissait de la queue de son père. Elle était totalement sous le choc mais elle ne put pas détourner le regard. Elle m’a dit que c’était la première fois qu’elle a senti sa chatte aussi chaude et humide. C’est également de cette manière qu’elle a appris à se masturber. Elle nous a dit qu’elle avait très honte, mais qu’elle rêvait elle aussi, se s’empaler sur la grosse queue de son père… Elle était très jalouse de lui. Cette histoire se termine ici, mais vous pouvez la voire sur notre site.
Elle insérera un gode à travers son hymen, lentement et gentiment. Le moment le plus excitant est lorsque l’hymen cède finalement sous la pression du gode et du sang vient alors colorer son vagin excité. Nous avons tout filmé pour vous! Regardez maintenant ce dépucelage!
Members
Inscrivez-vous maintenant

Nicollet

Nicolett a vu une annonce dans un journal local et un jour, elle s’est simplement pointée dans nos studios. Normalement, les filles me contactent par mail, envoient des photos, et nous correspondons par mail en certain temps avant que peut-être, elles n’apparaissent sur notre site en tant que nouvelle vierge. Des fois, nous sommes contactés par des agents qui ont une fille qui voudrait débuter dans l’industrie du porno mais qui est vierge, et donc ils l’envoient chez nous puisque cet état de fait est incompatible avec les ambitions. Je suis sûr que vous avez déjà reconnu ici des filles qui sont par la suite devenues des immenses stars du X. Defloaration.com est vraiment l’endroit idéal pour débuter et, je suis sûr que vous allez être d’accord, l’UNIQUE endroit pour débuter Read more >>>
Auparavant, aux premières heures d’existence de notre studio, les filles se dépucelaient devant la caméra avec un gode que je leur fournissais (évidemment, j’en achetais un nouveau pour chaque fille). Un jour, alors que je travaillais au montage d’une vidéo, j’entendis la sonnette de la porte d’entrée. J’ai regardé par le judas et j’ai vu une jeune fille se tenir là, regardant nerveusement de tous les côtés. De toute évidence, elle s’inquiétait de savoir si quelqu’un la verrait entrer dans notre studio et allait ainsi savoir ce qu’elle y ferait. Je lui ai ouvert la porte, l’invitant dans l’intimité du studio, loin des regards indiscrets.
Elle était belle et elle avait le plus beau teint et la plus belle peau que je n’avais jamais vus. Ses cheveux lui allaient jusqu’à l’épaule et brillaient de vitalité et de bonne santé. Ses lèvres aussi brillaient comme la rosée d’un matin de printemps grâce au gloss qu’elle mettait. Elle était sublime et ma queue devint attentive à ce qu’il se passait. Je me suis rapidement caché, moi et mes pantalons serrés, derrière mon bureau, pour que nous puissions discuter. Nous ne parlions pas la langue maternelle l’un de l’autre et notre anglais était rudimentaire au mieux, cependant, j’ai compris qu’elle avait lu un journal local dans lequel nous avons mis une annonce. Elle m’a confié qu’elle était vierge et qu’elle était la plus innocente femme du monde. Elle était également inquiète d’être mineure, et quand bien même ça me chagrinait, j’ai dû lui dire qu’on ne pourrait travailler ensemble que lorsqu’elle aura 18 ans et que si elle serait toujours vierge à ce moment, c’est avec plaisir que la porte de notre studio lui sera ouverte pour tourner une scène. Ma queue avait très envie de la voir nue à ce moment, mais elle est aussi respectueuse que moi et elle fut aussi déçue que moi. Je ne pouvais simplement pas la prendre en photo avant qu’elle ait 18 ans.
Comme je l’ai expliqué plus tôt, notre communication était rendue difficile à cause de la barrière de la langue et notre anglais était limité à tous les deux. Lorsque j’essayais de savoir à quelle date elle aurait 18 ans, elle ne faisait que de me donner des dates différentes. Je répétais mes questions à propose de son anniversaire, ma sa réponse changeait tout le temps. Frustré, j’ai demandé à voir sa pièce d’identité et j’ai découvert que non seulement elle avait 18 ans, mais qu’elle les avait eu il y a deux semaines! Ma queue a vite enregistré l’information et lorsque je lui ai dit qu’on allait même pouvoir travailler le jour-même, ses yeux se mirent à briller à ma queue à durcir.
Je suis donc sorti de derrière mon bureau et elle a immédiatement remarqué la bosse dans mon pantalon, et, avec un sourire coquin, s’est léché les lèvres. Je voyais déjà ses lèvres douces envelopper tendrement ma bite pour m’amener à l’extase. Bon sang que j’aime les vierges! En temps normal, j’aurais fait appel à une maquilleuse afin de lui préparer le teint et les cheveux, mais Nicolett était d’une beauté naturelle. Elle s’était déjà coiffée avec classe et alors qu’elle me passa devant pour se rendre sur le plateau, j’ai senti une odeur de gardénias et de roses, rien d’exagéré, mais juste assez pour me faire bander encore plus. Ça allait être un tournage compliqué puisqu’il allait falloir que je maintienne ma queue au calme et prendre de Nicolett les superbes photos qui lui rendraient justice.
La première partie du shooting s’est bien passée. Nous nous sommes mis plus à l’aise l’un avec l’autre et alors qu’elle s’habituait lentement à la caméra, elle commença à ôter ses habits. C’est devenu très naturel et bientôt on parlait comme des amis à propos de ses activités, de ses rêves pour l’avenir. La plupart des filles viennent pour l’argent, d’autres viennent pour faire leur entrée dans l’industrie du porno et d’autres viennent pour immortaliser et rendre ainsi spécial le moment où elles ont perdu leur virginité. C’est à ce moment-là qu’on a commencé à filmer sa scène de masturbation et je lui ai tendu un gros gode bien réaliste couvert de veines; je me suis dit qu’elle méritait une réplique réaliste d’une grosse queue. Elle faisait très attention. Elle l’a regardé longuement et a parcouru ses mains sur le relief que constituaient les fausses veines, l’a soupesé et un immense sourire illumina son visage. Elle s’est mis à jouer avec et j’ai attrapé ma caméra pour ne rater aucun moment de ce qui allait se produire. Elle se masturbait et la passion déformait progressivement son visage. Cette scène me suffisait et étant l’homme que je suis, ma queue, qui avait sa propre tête personnalité, se mit à danser dans mon pantalon. Cette fille allait me tuer! Après un certain moment, je lui ai dit qu’il était temps qu’elle s’enfonce le gode à l’intérieur et qu’elle perde sa virginité. Ses yeux s’écarquillèrent et si elle aimait jouer avec, s’enfoncer cette chose dans la chatte était une toute autre histoire. Mais bien que sa petite chatte fusse trempée, elle tenta tout de même de se pénétrer, mais cessa net aux premiers signes de douleurs. Elle fonda en larmes après quelques minutes. Je n’ai pas compris pourquoi elle pleurait si fort, et bien que j’essayasse de la réconforter, elle demeura inconsolable. J’ai fait de mon mieux pour l’apaiser, je lui ai dit que je la paierai quand même pour son temps, mais même ça ne l’a pas aidé. Je faisais de mon mieux pour communiquer avec elle, mais plus j’essayais, plus elle pleurait. Elle était si belle quand elle pleurait. Mon Dieu qu’elle était belle! Elle était simplement magnifique. Je voulais qu’elle se blottisse contre moi, l’embrasser, devenir celui qui pendrait sa virginité pour que ça première expérience soit la meilleure, mais je suis un professionnel, et quoiqu’en pense ma queue, je me dois de maintenir une distance avec chacune des filles.
Elle finit par arrêter de pleurer mais ce hoquet agaçant qu’ont les filles quand elles respirent trop vite a démarré. Elle essaya de sécher ses larmes, entre deux coups de hoquet et lorsque finalement ça s’est calmé, elle a pu tenter une explication de pourquoi elle était aussi bouleversée. Il s’est avéré qu’elle n’était pas venue me voir pour devenir actrice porno, ni pour l’argent, ni même pour immortaliser sa première fois. Non, elle avait fait un pari avec deux autres copines, qu’elles perdraient leur virginité avant la fin de la semaine et les deux autres filles avaient atteint leur but. L’une avec son petit copain, l’autre avec un mec au hasard et bien que Nicolett fût une fille magnifique, elle était bien trop timide pour entreprendre ce genre de chose avec un garçon dans le temps qu’il lui était imparti. C’est pourquoi elle est venue me voir. Je ne comprenais toujours pas pourquoi c’était une raison pour se mettre à pleurer si fort. Elle était là, dans mon studio, et elle avait toujours quelques jours pour atteindre son objectif et elle avait dans la main un gode qui pourrait faire l’affaire. Je n’avais pas vu le problème dans un premier temps, mais j’ai découvert qu’il ne s’agissait de rien d’autre que de son incapacité à surmonter la douleur que cette pénétration incomplète provoquait. Même si j’aurais préféré lui prendre sa virginité avec ma queue, je lui ai dit que je me chargerai de ce problème et que je lui enfoncerai le gode moi-même.
Je l’ai envoyé à la salle de bain pour se rafraîchir et se rincer un coup. Pendant qu’elle faisait ça, je réarrangeais les lumières dans le studio et installer mon trépied pour obtenir le meilleur angle possible. Ça faut beaucoup à préparer, et lorsqu’elle est finalement sortie de la salle de bain, elle avait de nouveau cette étincelle dans les yeux et elle a rougi lorsqu’elle a aperçu mon érection. Elle s’est allongée et m’a pris le gode des mains et s’est remise à se masturber comme avant.
Bientôt, sa petite chatte était toute humide et elle m’a tendu son outil. Nous communiquions avec les yeux et j’y ai vu qu’en ce moment précis, elle me faisait confiance parce-qu’ elle savait que j’allais faire de mon mieux pour ne pas lui faire de mal. J’ai commencé par faire la même chose qu’elle, je frottais le gode à l’entrée de son vagin vierge de bas en haut sur ses lèvres, puis, je me suis arrêté pour l’y insérer. Lorsque j’avais vérifié sa virginité, j’ai su que ça allait être difficile, mais je ne savais pas que ça allait l’être à ce point. C’était extrêmement étroit et c’était plus difficile de rentrer dans cette chatte que dans la Maison Blanche. Pourtant je persistais, même s’arrêter pour y ajouter du lubrifiant n’aidait pas. Mon échec commença à m’agacer et j’ai attrapé le gode avec mes deux mains et j’ai poussé de toutes mes forces. Même comme ça je ne parvenais à rien. Ce n’est qu’après ce qui m’apparut être une éternité que j’ai finalement réussi à percer l’hymen et introduire cet ustensile dans le vagin de mademoiselle. C'était très photogénique et je pus faire de beaux clichés avec ce sang qui coulait entre ses lèvres. Je n’avais jamais travaillé aussi dur pour dépuceler une fille et je n’ai même pas pu utiliser ma queue qui semblait alors se plaindre.
Nicolett a perdu sa virginité juste à temps avant sa date limite. J’ai fait des photos incroyables et vous pouvez les voir dans nos archives de 2002. Les studios de defloration.com ont fait depuis d’innombrables vidéos et nous continuons à vous apporter des vidéos de dépucelage de plus en plus excitantes alors que nous nous développons. Nicolett restera pour moi la vierge que j’y ai dépucelé, même si ce n’est pas ma queue qui a fait le boulot. C’est un beau souvenir pour moi et j’espère que lorsque vous aurez vu sa vidéo et ses photos, ça en sera un pour vous aussi.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Mirella Csikis

Salut, je m’appelle Mirella et j’ai tout juste 18 ans. Je veux être mannequin depuis que je suis une petite fille. Je mettais souvent les robes de ma mère et je faisais semblant d’être à un concours de beauté. Je me servais des fleurs du jardin et j’avais un diadème qui avait fait partie d’un costume pour enfant. Je m’imaginais marcher sur ce podium et récupérer mon prix. J’avais perfectionné mes démarches de mannequin et bien sûr, la manière de saluer de la main. J’étais également très douée à envoyer des baisers à mes fans surexcités. Quand je suis devenue adolescente, j’ai Kylie Jenner débuter sa carrière de mannequin et les sœurs Kardashian prendre le monde de la mode par un angle bien plus provocant et progressiste. J’adorais les magazines dans lesquels figurait Kim Kardashian et je recopiais ses designs et j’en faisais des répliques en utilisant la machine à coudre de ma grand-mère. J’ai copié le maquillage de Kylie Jenner et j’ai laissé pousser mes cheveux afin qu’ils fussent longs et soyeux comme les siens. Maintenant, ils me descendent presque jusqu’aux fesses et leur entretien me prend plusieurs heures par semaine, mais ça les vaut carrément, j’en suis très fière. Read more >>>
Quand j’avais 17 ans, j’ai passé une audition dans une agence de mannequinat qui m’a accepté comme cliente. Mon rêve était de devenir une Kardashian, enfin, une version hongroise de Kardashian. Je voulais la gloire et l’adoration dont elles étaient les objets par leurs fans dévoués, moi y compris. Dès que j’eus 18 ans, mon agent m’a dit que je pourrais faire beaucoup d’argent si je posais nue. Je n’avais jamais posée nue auparavant. Quoique l’été dernier, j’ai beaucoup aimé me donner en spectacle à la fenêtre à l’attention du voisin tout excité ainsi que pour nourrir mes propres fantasmes.
Le voisin était un jeune homme d’affaires. Je l’ai aperçu alors qu’il travaillait dans son jardin et que je bronzais dans le mien. Il a vu que je le regardais quand il a enlevé son haut. Il était fuselé et les poils de son torse formaient comme un chemin menant vers le bas, vers sa queue dont on pouvait deviner l’importance au vu de la bosse de son short. Il avait également des belles jambes musclées. La transpiration faisait briller sa peau et ses cheveux s’étaient légèrement décolorés après le temps passé au soleil. Sa peau brillait du temps passé au soleil et je me suis surpris à le mater en léchant mes lèvres, imaginant ce qu’il pourrait me faire avec ce paquet qu’il cachait dans son short. Il a vu que je le regardais et m’a regardée de bas en haut, se rinçant les yeux sur mes seins.
Nos regards se sont finalement croisés et ses yeux étaient comme deux énormes émeraudes dans lesquelles se reflétaient les rayons du soleil. Alors que nous nous fixions, je me suis assise droite sur ma chaise longue et j’ai lascivement défait le haut de mon bikini pour qu’il puisse profiter de la vue de mes beaux petits seins fermes, lourds et tournés vers le haut. Je crus d’abord que j’imaginais des choses, mais la bosse impressionnante dans son short grandissait encore jusqu’à ce que son gland dépasse de son short et que je voie des petites gouttelettes de sperme de plaisir illuminer sa queue au soleil.
J’aurais peut-être dû avoir honte de me déshabiller ainsi pour mon voisin et d’apprécier la vue de sa queue en pleine journée. La vérité c’est que je n’en avais pas honte du tout. J’étais excitée et je me sentais devenir toute mouillée. Il attrapa sa queue qui avait alors dépassé encore plus de son short, et la caressa de manière à ce que les petites gouttelettes de sperme s’étalent sur son gland qui ne cessait de grandir (comme si c’était encore possible) pour devenir tout rouge. Mes yeux ne quittaient pas son corps et puisqu’il n’y avait personne d’autre aux alentours, j’enlevai le bas de mon bikini et me mis à me caresser le clitoris. Je commençais lentement, puis, lorsque mon voisin eut entièrement enlevé son short pour me dévoiler à quel point son érection était devenue impressionnante, je sentis ma petite chatte rasée devenir instantanément toute humide et accélérai la cadence proportionnellement à mon niveau d’humidité et me mis à gémir. À ce moment, je m’en fichais complètement si l’on me voyait. Ma chatte dégoulinait à la vue de sa grosse queue et j’imaginais ce que ça pourrait faire d’avoir quelque chose comme ça me pénétrer. Nous gémissements se firent de plus en plus forts et nous avons joui quasiment au même moment. Sa queue giclait de longues charges de foutre et moi, j’ai presque hurlé au moment de mon orgasme.
Alors que je reprenais mes esprits, mon voisin ramassa tranquillement son short et rentra chez lui comme si rien ne s’était passé, juste l’orgasme le plus intense que je n’ai jamais eu depuis la découverte de mon plaisir clitoridien quelques années auparavant.
Je ne l’ai pas vu pendant quelques jours jusqu’à une chaude soirée d’été. Je rentrais d’une soirée passée avec des amis et j’avais chaud et transpirais d’une longue soirée dansante. J’ai pris une douche puis me suis enveloppée dans une serviette pour sécher et me suis rendue dans ma chambre aux lumières éteintes. Alors que j’ouvris la fenêtre, j’aperçu une petite lumière à la fenêtre de l’appartement de mon voisin. Je ne l’avais jamais remarqué, mais nos chambres donnaient presque intégralement l’une sur l’autre. Il a remarqué que je le regardais, s’est arrêté net et a laissé tomber la serviette qu’il avait autour de la taille. Il était toujours mouillé après sa douche et j’ai regardé sa queue se durcir tandis qu’il me regardait fixement, j’ai alors laissé tomber ma propre serviette. Nous sommes restés debout pendant quelques instants, puis, comme quelques jours auparavant dans le jardin, il s’est mis à se caresser et je me mis à me caresser. Lorsqu’il eut atteint son orgasme, cette fois-ci son sperme s’est envolé par la fenêtre, si loin, que je croyais sentir une odeur de sexe dans la brise rafraîchissante de cette chaude nuit d’été.
Depuis, nous nous somme adonnés à ces plaisirs masturbatoires à de maintes reprises au pied de nos lits à se regarder l’un l’autre. Nous ne nous somme jamais parlés et pourtant, nous continuions à nous donner du plaisir sans jamais même se toucher. Puis, le temps se refroidit, nous gardions nos fenêtres fermés mais pourtant je jure que je peux l’entendre gémir chaque soir alors que je jouis.
Mon agent m’a envoyée faire une shooting de nu la semaine dernière. Le photographe insistait auprès de mon agent qu’il était crucial que je sois vierge à défaut de quoi, je ne correspondrais pas aux critères. Je n’étais pourtant pas vierge en orgasmes, mais je n’avais jamais eu un homme en bouche, ni même aucun homme ni garçon ne m’avait jamais touchée. Mais alors que mon esprit était pervers depuis longtemps, l’important était que ma chatte soit demeurée intouchée.
J’étais d’abord nerveuse, en fait, mis à part mes exhibitions à mon voisin, poser nue me mettait mal à l’aise. Puis, le photographe m’a posé des questions concernant mes fantasmes et m’a offert plus d’argent pour me masturber devant la caméra. C’était facile. Cela faisait presque un an que je me masturbais tous les soirs pour mon voisin, j’allais tout à fait être capable de reproduire ça devant une caméra. Je me suis allongée et j’ai commencé à penser à mon voisin. Ma chatte dégoulina aussitôt et j’avais peur d’inonder le lit au moment où j’allais jouir et hurler de plaisir.
Quand j’eus finis, je me suis éclipsée aux toilettes pour me laver, et alors que je frottais mon vagin, je ne pus m’empêcher d’avoir encore un orgasme. Je suis sûre que le photographe m’a entendue puisque lorsque je suis retournée sur le plateau, son visage avait rougi. Il savait exactement ce que j’y avais fait. Alors que je me rhabillais pour rentrer chez moi, il me dit que je pouvais gagner encore plus d’argent en lui vendant ma virginité. Il a évoqué Thomas Stone, et comme beaucoup de filles en Hongrie, je savais très bien de qui il s’agissait. Qui ne voudrait pas se faire dépuceler par Thomas Stone? J’ai accepté sur-le-champ et je suis rentré chez moi, et j’ai continué notre rituel avec mon voisin jusqu’au jour où Thomas Stone m’a dépucelée.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Marfa Piroshka

Je m’appelle Marfa et j’étais vierge. Seulement, voilà, je suis mariée. Oui, mariée. Et oui, je suis toujours vierge. À ma fête d’anniversaire de mes 18 ans, l’alcool a coulé à flots. Mon père avait invité beaucoup de ses amis ainsi que beaucoup d’amis à moi. Nous nous sommes beaucoup amusés, bien mangé, bien dansé, la musique était bonne et mes amis furent très généreux avec leurs cadeaux pour moi. La fête a duré de très longues heures et j’avais l’impression que chaque homme essayait de coucher avec moi. Read more >>>
Ils m’embrassaient et me touchaient le cul ou alors ils m’embrassaient et me sortaient mes seins lourds hors de ma robe et les léchaient et jouaient avec mes tétons. Au petit matin, j’étais fatiguée de ces jeux que ces hommes jouaient avec moi alors que c’était quand même ma fête! Je suis allée dehors me balancer un sur ce vieux pneu qui pendait à notre arbre. J’ai passé toute mon enfance sur ce pneu à imaginer ce que serait la vie d’adulte.
J’étais si perdue dans ma tête que je n’ai pas remarqué l’homme qui m’avait suivie. Je l’ai finalement reconnu, c’était un ami de mon père. Comme mon père, c’était un camionneur qui passait de longues heures sur la route, loin de sa famille.
C’était un homme de très grande taille, il faisait au moins deux mètres. Il était aussi assez rond avec de gros doigts et gros ventre à bière. Il était très poilu, ses cheveux étaient longs et mal soignés, comme sa barbe. Il me dégoûtait.
Mon père nous a rapidement rejoints et je lui étais reconnaissant de le faire puisque le regard de cet homme commençait à me donner la chair de poule. Seulement, mon père n’était pas là pour me sauver, mais pour m’annoncer que c’était l’homme auquel j’allais me marier. Cette déclaration me glaça le sang et mon père me dit très clairement que les arrangements étaient prêts et que dès que le bureau du magistrat ouvrirait le matin, nous serions mariés. La parole de mon père était comme la loi pour moi, aussi, je n’avais pas d’autre choix que de me plier à sa volonté et accepter ce mariage.
Notre cérémonie de mariage n’avait rien de remarquable. Elle était simple et efficace et bientôt, je serais mariée à un gros bonhomme dégoûtant qui me répugnait. Mon père nous amena petit déjeuner et j’étais obligée de m’asseoir à côté de mon nouveau mari, dont j’ai découvert qu’il était de 30 ans mon aîné. Son haleine puait l’ail et la gnole et lui-même puait de manière générale. Mon estomac se retourna à l’idée de passer des moments intimes avec cet homme et mon dégoût devait être évident puisque mon père me fit remarquer que je ferais mieux d’être reconnaissante que son ami soit d’accord de me prendre pour épouse.
À l’école j’étais assez populaire et alors que les opportunités pour les jeunes femmes russes sont limitées à être mariées et pondre des enfants et bien, plus rien. Beaucoup de mes amies étaient déjà mariées, la plupart directement après leur 18 ans à des hommes souvent plus âgés qui sont d’accord de les prendre pour épouses, libérant ainsi leurs pères des responsabilités qui lui incombaient jusque-là. Certaines eurent la chance de tomber sur des hommes beaux et riches, d’autres comme moi, étaient réduites à cet esclavage sous déguisement de mariage.
Ce jour-là, je n’ai parlé que lorsqu’on me parlait. Ce n’était pas à cause de mon désir de devenir une épouse obéissante, mais plutôt que je ne savais pas quoi dire, ou plutôt, je n’avais rien de gentil à dire. Mon père et son ami continuaient de se remplir la pense et je n’avais aucune autre envie que de partir en courant et en criant de toutes mes forces! Ils ont commencé à boire et je commençais à mourir d’ennui. Ce monstre se mit à me toucher les seins avec ses grosses paluches et grogner des obscénités à mon père qui ne trouvait rien de mieux à faire que d’en rire. Le plus ils buvaient, le plus cela retardait le moment fatidique où nous irions nous coucher ensemble, ce qui n’était pas pour me déplaire. J’aurais bien évité ça aussi longtemps que possible. Il m’a alors semblé que j’étais maudite quand mon père nous a encouragés à rejoindre notre nouveau lit conjugal.
Nous nous sommes alors rendus à ce qui allait être ma nouvelle maison. Mon mari était dégueulasse et son logis reflétait bien la crasse de son corps. J’aurais volontiers rendu ce taudis viable à coup de jerricane d’essence et d’une allumette ou deux. Mais préparer mentalement le nettoyage me distrayait au moins de la vue de mon mari me déshabillant jusqu’à ce que je sois nue et qu’il me jette dans notre lit conjugal. Ça ne m’aurait pas surpris que les draps n’eussent jamais été changés. Il se jeta sur moi et m’écarta les jambes de force. Il me grimpa dessus, soûl comme un cochon et se mit à me peloter les seins, puis, enfonça ses gros doigts dans mon vagin. Je crus que j’allais être malade tellement il me dégoûtait et la douleur que me causaient ses doigts maladroits alors qu’il essayait de faire je ne sais pas trop quoi ne faisait qu’empirer. Mais aussitôt qu’il eut commencé son carnage, il s’arrêta net. J’ai alors compris qu’il s’était endormi tant il avait bu et son poids m’enfonça dans le matelas. Je ne sais pas combien de temps il m’a fallu pour m’extirper de cette situation mais lorsque j’y parvins, je me précipitai sous la douche pour faire partir cette infâme odeur de transpiration qu’il m’avait laissé dessus. Ma chatte saignait, aussi je devais faire attention. Ma vie était foutue. J’ai dormi sur le canapé ce soir-là, ce qui m’a valu une grosse gifle de mon mari le lendemain, ainsi qu’un long discours sur mon rôle de respect et d’obéissance dans ce mariage ainsi que de ma place dans cette maison. Alors qu’il me serra pour m’embrasser, son haleine me fit presque vomir. Il a remarqué ça et ça m’a valu une autre gifle et mes larmes ont coulé le long de mes joues. Il m’a dit très clairement que j’étais son esclave et qu’il était mon maître. Le problème était qu’il n’était pas un beau dominateur ténébreux comme dans les romans dans lesquels je m’évadais. Il m’informa alors qu’il partirait pour trois semaines et qu’il attendait que la maison soit propre à son retour et qu’un bon plat l’attende. Il est immédiatement parti, il m’a laissée seule et sans argent. J’allais devoir trouver une solution pour survivre trois semaines sans argent et sans soutien de ma famille.
J’ai appelé une copine qui est venue me rejoindre avec une bouteille de vin. Nous avons bu jusqu’à nous rendre joyeuses et nous nous sommes mises à nous plaindre de nos mariages, puis, avons regardé du porno. Nous sommes allées sur xvideos pour voir ce qu’il s’y trouvait puis sur defloration.com. L’acteur principal était très beau et très bien monté. Nous sommes devenues membres du site et avons regardé des vidéos de filles perdant leurs virginités avec un acteur porno. Ma copine dit en blaguant que c’était dommage qu’on ne soit plus vierges, un gros chèque comme ça tomberait pourtant si bien.
Je suis restée muette à sa blague et elle rebondi: «Quoi? Il ne t’a pas baisée la nuit dernière? ». Je lui ai alors expliqué qu’il m’avait doigté mais qu’il s’était endormi avant de pouvoir en faire plus. Ma copine est devenue toute excitée et avant que j’eu le temps de dire quoi que ce soit, j’étais allongée sur le dos sur le canapé, les jambes écartée et ma culotte tirée sur le côté. J’ai pourtant protesté et de la repousser, rien à faire! Elle ne se détournait pas de sa tâche. J’étais toujours vierge, mon hymen était intact. Bien sûr, il y avait des coupures sur mes lèvres, mais elle était sûre de ma virginité et elle a immédiatement envoyé un mail à defloration.com pour leurs offrir mes services en tant que vierge.
Le lendemain matin, je vaquais à mes occupations et ma copine avait reçu une réponse du producteur. Elle lui a envoyé une photo de moi et nous avons réservé le premier vol pour Budapest; en quelques heures seulement nous étions en route pour y vendre ma virginité devant une caméra et se faire baiser par un vrai mec, pas par cette immondice qui me servait de mari qui m’avait laissée là sans argent et sans ressources. Voilà qui allait être intéressant.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Alesya Gagarina

Quand les lumières se sont allumées et que la caméra a commencé à filmé, tout a semblé disparaître. C’était comme magique.
J’étais là, prête à me faire dépuceler par cet homme extrêmement beau. Je savais qu’il était bien plus vieux que moi, mais son cœur qui était jeune. Je devinais dans son regard chaud qu’il assumait son rôle et respectait la tâche que j’avais accepté. Mon cœur continuait à batailler avec mes sensations, sachant que c’était là la seule option que j’avais pour sauver ma famille. Je ne pourrais pas rentrer chez moi après un échec, pourtant, perdre ma virginité de cette manière l’était déjà pour moi. Mes parents n’auraient pas approuvés ce que j’étais sur le point de faire. Mon cœur battait vite, à moitié à cause du regard chaud de Tommy et à moitié à cause du sacrifice que j’étais sur le point de faire. Tommy commença à me faire des petites caresses et des baisers timides. C’étaient là des gâteries inattendues, comme un chocolat après un bon repas. Read more >>>
Sa langue chaude paraissait fondre sur ma peau et sentais une agitation au plus profond de moi qui n’étais pas désagréable, mais très différente de ce à quoi je m’attendais. Ses yeux bruns scrutaient les miens, comme si il connaissait le plus sombre de mes secrets. Des tâches d’or scintillaient dans ses yeux et il me fit un sourire timide mais complice. Il m’a alors tiré vers lui et m’a embrassé. Je ne m’attendais pas à des baisers. En fait, je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais mis à part le fait qu’il allait me baiser. Je m’attendais à de la douleur et je ne m’attendais pas à ce qu’il prenne le temps comme un amant le ferait. Je m’étais fait une raison: ce serait rapide, et ça deviendra vite un mauvais souvenir remplacé par la libération de ces factures médicales qui donnait tant de mal à ma famille. J’allais faire cette scène, puis rentrer chez moi et ne plus jamais en parler, de peur d’apporter de la honte sur ma famille.
Il m’embrassa de nouveau, cette fois, en ouvrant mes lèvres avec sa langue. Puis il m’embrassa encore, me rapprochant à chaque fois un peu plus de lui et avec à chaque fois, un peu plus de passion. C’était là plus de passion que je ne pouvais imaginer de n’importe quel futur amant. Puis, je l’ai goûté. Il avait le goût de caramel et de tabac raffiné ainsi que d’épices qui m’étaient inconnues. Nos langues dansaient et je ressentais dans mon corps, des sensations dont j’ignorais l’existence. Il y avait de l’électricité dans l’air et dans nos corps, j’avais l’impression de sentir des étincelles me parcourir en entier.
Ma respiration se saccada et je me sentis devenir humide, j’avais peur de m’être pissée dessus de nervosité ou de peur. Il interrompu notre baiser et me regarda droit dans les yeux. Ses paupières étaient à moitié fermées, il inspira et me tira vers lui à nouveau pour m’embrasser encore. Ma tête commença à tourner et j’avais l’impression que je pouvais m’évanouir à tout moment. « Stop! » ais-je crié. Sergey m’avait promis que je pouvais arrêter à tout moment si je ne me sentais pas bien et là, je ne me sentais vraiment pas bien. J’avais de la peine à respirer et ma peau était devenue hyper-sensible à son toucher. Mon cœur battait la chamade à tel point que j’ai eu peur de mourir d’une attaque.
Fidèle à sa parole, Tommy s’est arrêté et Sergey a arrêté la caméra. Je pus prendre une petite pause. Je me suis assis sur mes chevilles et j’essayais de boire tranquillement un peu d’eau, mais Tommy n’arrêtait pas de me toucher tendrement ni de me donner des baisers volés. Il était constamment à mon contact, soit à travers un toucher, soit à travers un baiser volé. Ils n’étaient d’ailleurs pas désagréables, ils m’ont aidés à me calmer et alors que les sentiments que j’éprouvais en ce moment étaient dérangeants, Tommy m’a calmée. J’aurais aimé avoir ma mère avec moi. Au moins, j’aurais pu parler à quelqu’un qui me comprendrait, mais c’était impossible, puisque j’étais à Budapest, toute seules. Pour vendre ma virginité.
Ça m’a prit une bonne dizaine de minutes supplémentaire pour me calmer afin de pouvoir continuer. Tommy m’avait gentiment allongée sur le lit, ajustant ma robe pour mon confort et remis une mèche rebelle derrière mon oreille. Nous ne pouvions pas communiquer puisque nous ne parlions pas la même langue, mais son regard était toujours chaleureux et accueillant, ça a beaucoup aidé à me calmer.
Il a lentement bougé sa main en dehors de ma jambe, puis a remonter ma robe pour qu’il puisse voir mon vagin rasé. Il a sourit puis s’est arrangé dans son pantalon. Du coin de l’œil, je pouvais deviner une érection se développer et j’avais hâte de voir à quoi sa queue pourrait ressembler. Je n’en avais encore jamais vu de près, seulement à la télévision. Je me demandais ce que j’allais bien pouvoir ressentir alors qu’elle se collerait à ma peau, mais Tommy concentrait ses activités sur mon plaisir. Il commença par m’embrasser le ventre et mes mains eurent le reflexe de vouloir le repousser, mais il persista jusqu’à ce qu’il atteigne le haut de ma chatte. Il a inspiré profondément et pouvait ainsi sentir mon excitation! J’étais toute gênée, mais ça semblait lui plaire et il continua. Il écarta grand mes jambes et se mit à lécher mes tendres et humides lèvres. Cela s’est-il vraiment produit? Mes lèvres étaient-elles supposées être humides à ce point? Etais-je trop mouillée? J’avais tant de questions en même temps qui tourbillonnaient dans ma tête. Je me mis soudainement à réfléchir, et ça m’a fait l’effet d’un cobra qui mordait une victime, j’eus soudainement très peur et mon sang se glaça. Mais Tommy me prit la main et y dessina des petits cercles avec son pouce et murmura des choses contre mon vagin de manière à ce que la vibration de sa voix me fasse l’effet d’une onde de choc me parcourant tout le corps. Ceci me fit enfin accepter le plaisir que Tommy me donnait. Peu après, il me lécha et me suça comme s’il voulait m’aspirer mon âme hors de mon corps. Il passa sa langue dans le petit trou de mon hymen et le plus fort il le faisait, le plus je me sentais étourdie. Alors que je sentais sa langue entrer dans ma petite chatte vierge, je me cambrais le dos et croyais que j’allais mourir de plaisir sur-le-champ. Une fois de plus, toutes ces émotions et sensations tourbillonnaient en moi, dans mon cerveau et j’eus encore de la peine à respirer. J’avais aussi peur de décevoir le producteur si je devais arrêter une fois de plus. J’avais peur qu’il se fâche et ait envie de rompre mon contrat et de me renvoyer chez moi. Mais j’ai crié « Stop ! » et Tommy s’est arrêté.
Mais ce ne fut pas le cas. Sergey m’a convaincue que ce que je ressentais n’était rien d’autre que des sensations normales de plaisir, mais je ne croyais pas possible qu’un acte sexuel soit à ce point-là rempli de sensations. Après tout, si c’était si agréable pour tout le monde, plus personne ne travaillerait jamais et tout le monde passerait son temps à baiser, non? J’ai aussi pensé que quelque chose n’allait pas avec moi, puisque je ressentais de toute évidence beaucoup trop de plaisir. Sergey a décidé que Tommy n’allait donc plus essayer de me donner du plaisir et que c’était mon tour de le faire. J’allais essayer le sexe oral pour la première fois. J’ai rougi à l’humiliation que j’avais anticipée à l’idée d’essayer de mettre le membre de Tommy dans ma bouche. Le sexe oral, c’était le truc des putes non? Le truc qu’elles font dans des allées sombres pour gagner assez d’argent pour s’acheter de l’alcool, de la drogue et autres substances illicites, non? Mais Sergey m’a dit qu’apprendre à donner du plaisir à Tommy avec ma bouche était une chose normale, que ça rendrait son érection plus puissante, et mon dépucelage plus facile.
Tommy a défait sa ceinture et déboutonné quelques boutons de son jean, et lorsqu’il le baissa cet immense engin me sauta au visage. Je devais avoir l’air toute rouge, et je n’imaginais pas comment j’allais pouvoir faire rentrer cette chose dans ma bouche, et encore moins dans ce petit trou qu’était mon hymen. J’ai hésité à la saisir, donc Tommy m’a pris les mains et els a placé autour de son pénis en faisant le geste qu’il fallait faire. Il me donna la confiance nécessaire pour explorer son « membre » comme Sergey l’appelait.
La queue de Tommy n’était pas comme je m’y attendais. Pour être honnête, je ne sais pas vraiment à quoi je m’attendais. Elle était très chaude et très lourde dans mes petites mains. Ses boules dégageaint d’autant plus de chaleur que je les caressais de mes paumes, j’ai remarqué que le plus elles dégageaient de la chaleur, le plus lourdes elles devenaient.
Pour avoir été attentive en classe de biologie, je savais que le spreme était logé dans les boules et j’ai souri un peu lorsque j’ai imaginé son corps les recharger quand ils les auraient vidé. Sa queue était très très dure et très longue et épaisse. Ma mère me disait toujours comme mes doigts étaient longs et délicats, malgré cela, je ne parvenais pas à envelopper sa queue d’une main seule. Sa peau était aussi très douce et comme recouverte de cette chose qu’on trouve sur les pêches fraîches. Elle était recouverte de veines et je pouvais sentir son cœur battre à travers elles. Lorsque je l’ai pris en bouche, un tout petit peu de sperme s’échapa du petit trou et je l’ai goûté, j’ai inhalé le goût et l’odeur de son excitation. D’abord, j’ai plissé mon nez à l’odeur, mais alors que je continuais de travailler sur sa queue, je remarquais que ma bouche la lubrifia et le plus je salivais et je plus j’avais envie de sentir cette odeur. Le plus je suçais et léchais, il m’expédia du sperme au fond de la bouche, gouttes par délicieuses gouttes, salées et sucrées comme ces champignons chers dont tout le monde parle. Rien que de raconter ça à Francesca me fait saliver de nouveau. Il y a pourtant beaucoup plus à raconter, mais Francesca doit partir et je dois retourner à mon hôtel. Bientôt, je reviendrai en raconter plus, car il ne s’agit pas là des secrets de vierges habituels. Mon histoire est vraiment différente des autres et beaucoup plus détaillée, nous devrons donc cintinuer un autre jour. Vous avez vu ma vidéo solo et bientôt, je terminerai l’histoire lorsque vous serez prêts pour mon dépucelage. Je ne peux plus attendre de partager avec vous ce qui m’est arrivé.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Mirelle Gathieu

Salut, je m’appelle Mireille et je suis la dernière fille à perdre sa virginité avec Tommy Stone et les caméras de deflroation.com. Je suis sûre que d’ici maintenant, vous aurez déjà vu la vidéo et lu le point de vue de Tommy. Moi, j’ai essayé de demeurer silencieuse, mais sa description n’a en fait rien à voir avec ce qui s’est réellement passé. Aussi, je me dois de vous livrer la vérité, toute la vérité et rien que la vérité ; toutes les secondes que sa queue a passé dans mon vagin.
Toutes mes amies connaissent Tommy et ses talents de dépucelage de vierge. Read more >>> C’est difficile d’être où que ce soit en Europe de l’est et ne pas connaître l’homme qui murmure aux oreilles des vierges. C’est très simple, Thomas Stone et sa magnifique queue sont des légendes, et la réalité y correspond tout à fait.
Cela fait depuis que j’ai vu sa première vidéo de dépucelage que je prévois que c’est lui qui me prendra ma virginité. J’en étais obsédée, je désirais et rêvais qu’il me prenne ma virginité.
J’ai regardé chaque vidéo que j’ai pu trouver, et grâce à l’abonnement de mon grand frère au site Defloration.com, j’avais accès à toutes les vierges que Tommy avait dépucelé. A la seconde où j’eus 18 ans, j’ai contacté le producteur et lui ai dit que j’étais d’accord de vendre ma virginité à ses caméras. Je n’ai pas mentionné mon obsession pour Tommy par peur qu’il me fasse exprès travailler avec Renato ou un autre étalon de son écurie. Pour moi, c’était Tommy ou rien. Je ne sais pas ce que j’aurais fait si le producteur m’avait rejetée, ou s’il avait découvert que mon plan était Tommy tout le long. Je restais positive. J’étais toujours disposée à répondre aux mails et me rendre aux rendez-vous. J’ai un peu fait les yeux doux au producteur et je me suis retrouvée à signer la paperasse en un rien de temps et pris rendez-vous pour perdre ma virginité avec Tommy la semaine suivante.
Tout se déroulait comme prévu et j’allais me coucher tous les soirs en me masturbant avec Tommy en tête. Sa queue pénétrant ma petite chatte vierge était tout ce à quoi je pouvais penser. Ça a continué jusqu’à la veille. La veille était une journée d’été chaude à Budapest ; chaude mais belle. Je me suis réveillé et suis restée un moment couchée là à penser aux promesses du lendemain. Je planifiais ça depuis déjà deux ans ; m’accrochant à tous les faits et gestes de Tommy dépucelant des vierges. Je me demandais ce que ça ferait quand sa queue me pénètrerait et comment ça ferait lorsqu’il jouira en moi. J’ai bondis hors du lit et eu à peine le temps d’atteindre les toilettes pour y rendre le contenu de mon estomac. Je respirais rapidement, essayant de retenir les spasmes et je m’essuyais mon front transpirant, frissonnant du froid qui me parcourrait alors le corps. Le jour que j’attendais tant était bientôt là et j’avais une trouille d’enfer! J’ai pourtant toujours été une fille courageuse, mais là, je réalisai que j’allais perde ma virginité pour de vrai avec Thomas Stone, c’était énorme.
Alors que je laissais l’eau de la douche me rincer le corps, mes mains se dirigèrent vers mon vagin. Mes doigts me pincèrent les tétons et les rendirent tous fermes, mon vagin se chauffa et demanda que je le frotte. J’imaginais Tommy et sa queue qui semblaient de plus en plus manquer à mon vagin. Je jouis forts contre le bord de la douche. Je n’étais pourtant qu’à peine satisfaite et le fantasme de la queue de Tommy si proche de se réaliser. Une chose était sûre, je n’avais plus peu ni n’étais nerveuse, j’étais prête.
Je me suis pointée le lendemain en portant mes jeans les plus serrés et le string le plus sexy que j’avais. Je suis entrée dans les locaux avec une grande confiance en moi. J’ai rencontré le photographe, enlevé mon top et laissé mes nibards à l’air libre. La petite brise et la vue de Tommy sur le côté m’ont instantanément fait darder les tétons. Je me suis rendue vers Tommy pour me présenter, la poitrine gonflée. Alors que je lui serrais la main, j’ai senti son odeur et je devins coite. Je me suis aperçue de ma nudité et devins soudain timide et muette, le contraire de l’attitude que j’avais juste avant. En fait, la seule chose dont je me sentais capable, était d’envoyer balader le producteur.
Le début s’est à peine imprimé dans ma conscience. J’étais consciente des baisers de Tommy et de la manière de laquelle ses mains parcouraient mon corps ; ses doigts étaient chaudes et sa peau à la fois douce et rugueuse, comme si c’était lui qui faisait tout le travail à la maison. Lorsqu’il eut finalement révélé sa majestueuse queue, l’objet de mes désirs de longue date, ce n’était pas à quoi je m’attendais. Elle était dure, chaude et son cœur battait à travers ses veines qui lui donnaient du relief. Son poids était surprenant. J’avais sucé quelques garçons à l’école, comme tout le monde, mais là, c’était différent. Je n’avais jamais senti une queue si lourde dans mes mains. Sa peau était douce comme les fesses d’un bébé. J’étais en transe, intimidée, et j’ai lentement introduis le gland dans ma bouche. Je pouvais sentir les battements de son cœur contre ma langue et je me suis mise à saliver. L’odeur de sa virilité m’arrivait au nez et je ne pouvais plus attendre de l’avoir en moi, dans ma petite chatte vierge étroite.
Il m’a convaincu que la meilleure manière de procéder était de faire ça en levrette et en y repensant, ça l’était, mais sur le coup, ça brûlait à mort! Oui, j’avais vu des filles crier dans les vidéos, mais honnêtement, je ne voyais pas comment ça pouvait faire AUSSI MAL ! Mais ça faisait mail, vraiment. Il perça ma membrane et me laissa le temps de s’ajuster à sa tailler. Alors qu’il était immobile, je sentais mon vagin progressivement embrasser la forme de sa queue. J’étais tout à fait consciente d’être pleine et je me disais qu’il n’y avait ici de place pour absolument rien, pas même une capote. Comment ces filles arrivent-elles à faire des double pénétration me passe complètement au-dessus. Peu après, il se retira et me montra mon vagin détruit et je sentis celui-ci s’emplir d’air frais. Je n’aimais pas cette sensation de vide, je voulais qu’il revienne à l’intérieur, je voulais sentir sa chaleur alors qu’il reviendrait reprendre ses va-et-vient pour à la fois atteindre son propre orgasme et m’amener au mien. C’était toujours un peu douloureux lorsqu’il reprit ses à-coups, mais chacun d’entre eux, chaque coup de son os pubien contre le mien m’éloigna plus en plus de la douleur et m’approcha d’un plaisir grandissant sans cesse. C’était la meilleure chose que je n’avais jamais ressentie. Je pouvais sentir le changement et déjà la douleur avait complètement disparue pour laisser la place à un plaisir immense pour Tommy et moi. Sa queue se glisse à l’intérieur, puis à l’extérieur de moi, et je sentis la douceur de sa peau à chaque passage. Je pouvais sentir sa chaleur tandis qu’il glissait en moi. Je pouvais sentir son gland toucher mon col de l’utérus ce qui déclencha un feu d’artifice de sensations dans ma tête. Je pouvais sentir sa queue sauter dans ma chatte et je sentais qu’il s’approcha de l’orgasme. Moi aussi je m’en approchais, je sentais arriver le début d’un orgasme alors que ma chatte se serra autour de sa queue, un orgasme que je n’avais jusqu’alors jamais ressenti d’une intensité aussi importante. Je me suis laissé aller et mon corps a escaladé cette montagne de plaisir. Il se retira et me gicla son sperme sur le dos et jusque mes épaules. Je ne l’avais jamais vu éjaculer aussi loin auparavant! L’intensité de son orgasme le mit K.O. Mon vagin tremblait encore de plaisir alors que j’inspectais les résidus du sien et la caméra cessa de tourner, nous laissant, Tommy et moi, seuls avec nos orgasmes. Je ne savais pas que ça pouvait être aussi bon, si j’avais su, je n’aurais peut-être pas attendu mes 18 ans. En revanche, si je n’avais pas attendu, je n’aurais pas eu le plaisir que j’ai reçu avec Tommy.
Notre session était terminée. Et sauf si j’entrais pleinement dans l’industrie, je ne travaillerais plus avec Tommy. J’allais devoir me trouver des mecs doués dans mon quartier, parce-que maintenant que j’avais perdu ma virginité, j’allais saisir chaque opportunité de baiser que j’allais trouver. J’ai adoré tout ce qu’il m’a fait. J’ai même adoré quand il m’a enfoncé son pouce dans le cul. Mon Dieu! C’était incroyable! Je me suis sentie pleine, très pleine c’était à la fois érotique et plein de luxure ; mes nerfs étaient en feu et je ne comprenais pas comment ça se faisait que je ne veuille pas qu’il arrête. Donc, malheureusement pour maintenant, ces sensations m’on fait désirer en savoir plus, jusqu’où j’allais pouvoir aimer ça, je voulais trouver ma limite.
En attendant, j’ai été super bien baisée. J’ai adoré ça et je suis impatiente d’en avoir plus.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Margaret Robbie

Voici notre nouvelle vierge – Margaret Robbie.
Members
Inscrivez-vous maintenant

Nicole Birdman - massage

Pas toutes les filles son prêtes à perdre leur virginité devant la caméra! Regardez les filles vierges se faire masser à l’huile ici même, dans la plus haute résolution. Ce que vous êtes sur le point de voir va vous rendre complètement fous!
Members
Inscrivez-vous maintenant

Alina Redofed

Members
Inscrivez-vous maintenant

Nara Mongolka

Members
Inscrivez-vous maintenant

Rita Mochalkina

Members
Inscrivez-vous maintenant
Accueil | contacter le support client | s’inscrire | annuler inscription | identification membre | conditions générales | achat DVD
blog of the Virgin Whisperer | Virgin's Stories
This site is owned and operated by Quicksol GmbH.
©1998-2017 Defloration.Com.
In compliance with the Federal Labeling and Record-Keeping Law (also known as 18 U.S.C. 2257),
all models located within our domain were 18 years of age or older during the time of photography.
Our 2257 notice.